Télélicenciement : le patron d’une fintech vire 900 employés sur Zoom

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 09 décembre 2021 - 16:47
Image
zoom
Crédits
Dylan Ferreira / Unsplash
Si télétravail il y a, télélicenciement aussi.
Dylan Ferreira / Unsplash

Réputé pour ses méthodes managériales brutales, le patron de la fintech immobilière Better.com a remercié près de 15 % des effectifs par visioconférence sur Zoom.

9 % des effectifs licenciés par visioconférence

« Si vous êtes conviés à cette réunion, c'est que vous faites partie des salariés licenciés. Votre contrat chez nous s'achève avec effet immédiat. »

C’est par cette sentence que 900 salariés de la fintech immobilière américaine Better.com ont appris le 1er décembre qu’ils venaient de perdre leur emploi. C’est donc sur Zoom, et à quelques semaines des fêtes de fin d’année, que le PDG Vishal Garg a remercié près de 15 % des effectifs de son entreprise. Les employés concernés ont ensuite reçu un mail des RH détaillant les conditions de licenciement.

750 millions de dollars levés la même semaine

Pour justifier sa décision, Vishal Garg a invoqué une conjoncture défavorable à la fintech. « Le marché a changé, comme vous le savez, et nous devons évoluer avec lui pour survivre », a-t-il débité d’une voix monotone. Avant d’ajouter : « C'est la deuxième fois dans ma carrière que je dois faire ça. La dernière fois, j'ai pleuré. J'espère être plus fort cette fois-ci. »

Pas de quoi susciter la compassion chez les salariés licenciés, parmi lesquels figuraient des employés de « l’équipe de recrutement chargée de la diversité, de l’égalité et de l’inclusion », a fait savoir CNN Business. D’autant que la société de Vishal Garg est loin d’être aux abois. Basée à New York et valorisée à hauteur de 7 milliards de dollars, elle a levé la semaine dernière 750 millions de dollars auprès de ses investisseurs historiques.

Des méthodes managériales brutales

Cette annonce ne risque en tout cas pas de redorer l’image du PDG de Better.com, déjà écornée en raison de ses méthodes managériales brutales. Il y a un an, Forbes révélait qu’il avait envoyé un mail à ses salariés dans lequel il écrivait : « Vous êtes trop lents. Vous êtes une bande de stupides dauphins. Les stupides dauphins se prennent dans les filets et sont mangés par les requins. Alors arrêtez ça. Arrêtez tout de suite. Vous me faites honte. » Il aurait également promis à un ancien associé de « l’agrafer contre un p**ain de mur et le brûler vif ».

À LIRE AUSSI

Image
technologies de suivi
Télétravail : entre performance et surveillance
Selon une étude réalisée auprès de 7 600 dirigeants dans le monde, responsables RH et informatiques ainsi qu'employés dans des secteurs variés (informatique, industrie...
04 décembre 2021 - 18:32
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.