L’océan abrite 26 000 tonnes de déchets liés au Covid-19

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 18 novembre 2021 - 17:47
Image
Un masque flottant dans la mer
Crédits
Mark Makela / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Un masque flottant dans la mer.
Mark Makela / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Selon une nouvelle étude scientifique, ce sont plus de 26 000 tonnes de déchets plastiques liés à la pandémie de Covid-19 qui reposeraient aujourd’hui au fond des océans. La faute à un mauvais traitement des déchets médicaux dans certains pays comme l’Inde ou la Chine.

Des déchets qui menacent les océans

Masques, blouses médicales, kits de dépistage… Depuis mars 2020, ces fournitures sont devenues indispensables pour nous protéger d’une infection au Covid-19 et pour gérer la pandémie. Pourtant, des milliers d’exemplaires de ces objets sont aujourd’hui une nouvelle menace pour la biodiversité des océans.

C’est ce que met en lumière une nouvelle étude scientifique publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Selon ses auteurs, plus de 26 000 tonnes de déchets plastiques liés à la pandémie sont aujourd’hui en train de polluer les océans. Soit l’équivalent, en poids, de 2 500 bus ou de 4 500 éléphants.

8,4 millions de tonnes de déchets produites en 18 mois

Cette estimation ne prend en compte que les déchets produits et rejetés dans les eaux entre mars 2020 et août 2021. Quatre types de déchets ont été pris en compte dans l’étude : les déchets hospitaliers, les kits de dépistage de virus, les équipements de protection individuels, et enfin les surplus d’emballages liés à l’explosion du commerce en ligne.

Selon les chercheurs, 8,4 millions de tonnes de déchets ont été produites en l’espace de 18 mois à travers le monde et 2,6 millions de tonnes supplémentaires devraient être produites d’ici fin 2021. 87,4 % de ces déchets sont des déchets hospitaliers. Suivent les masques (7,6 %), les emballages plastiques liés aux achats en ligne (4,7 %), et enfin les kits de dépistage (0,3 %). « La raison pour laquelle les hôpitaux génèrent davantage de déchets est simple, explique à Reporterre Yanxu Zhang, l’un des auteurs de cette étude. Un masque ne pèse que cinq grammes. Le matériel médical (bouteilles, draps, gants, écrans faciaux, housses etc.) est en comparaison bien plus lourd. »

Une mauvaise gestion des déchets plastiques

Si cette quantité colossale de déchets plastiques finit au fond des océans, c’est parce que certains pays peinent à traiter les déchets médicaux. C’est par exemple le cas de l’Inde, de la Chine ou du Brésil.

Avec des conséquences désastreuses sur la biodiversité sous-marine. D’ici la fin du siècle, 70,5 % des déchets liés à la pandémie se retrouveront sur les plages, tandis que 28,8 % finiront leur course au fond de l’eau.

Et les auteurs ne sont guère optimistes sur nos capacités à enrayer une telle pollution. La solution principale étant d’améliorer la gestion des déchets médicaux, en particulier dans les pays en développement.

« Il est peu probable que nous parvenions à résoudre ce problème en peu de temps, en particulier à cause du manque de ressources disponibles. La situation pourrait cependant être améliorée en sensibilisant le public aux conséquences de la mauvaise gestion de ces déchets », conclut Yanxu Zhang.

À LIRE AUSSI

Image
Action écologie
"Action écologie", pour une écologie "authentique, non-politisée et non-catastrophiste"
"Action écologie", une nouvelle association indépendante qui veut promouvoir une écologie responsable, notamment en combattant... des écologistes. Fondée fin 2020 par ...
26 octobre 2021 - 16:48
Société
Image
Bertrand Alliot
"Le récit de la catastrophe écologique peut durer très longtemps" Bertrand Alliot
Peut-on imaginer une écologie non catastrophiste ? C'est le pari que fait Bertrand Alliot, porte-parole de l'association "Action Écologie". Selon lui, concernant la qu...
03 novembre 2021 - 18:23
Vidéos
Image
Fukushima
Des reptiles utilisés comme des compteurs Geiger à Fukushima
Lorsqu’une catastrophe nucléaire survient, comme celle de Fukushima en 2011, les conséquences durent de nombreuses années et sont désastreuses pour l’environnement et ...
18 novembre 2021 - 14:26
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don