Attaque de Viry-Châtillon: 500 policiers manifestent leur "ras-le-bol" sur les Champs-Elysées

Attaque de Viry-Châtillon: 500 policiers manifestent leur "ras-le-bol" sur les Champs-Elysées

Publié le 18/10/2016 à 08:07
©Damien Meyers/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Dix jours après l'attaque de Viry-Châtillon, environ 500 policiers ont perturbé la circulation sur le rond-point des Champs-Elysées vers 1 heure du matin avant de se disperser. "Nous sommes à bout", a expliqué l’un d’eux.

Plusieurs dizaines de voitures de police ont perturbé la circulation sur les Champs-Elysées à Paris, dans la nuit de lundi à mardi, une mobilisation nocturne pour exprimer leur mécontentement, dix jours après l'attaque contre des policiers à Viry-Châtillon, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les policiers, en tenue civile, ont circulé à bord de véhicules banalisés ou appartenant à la flotte officielle de la police, gyrophares allumés, autour de l'Arc de Triomphe ainsi que sur l'avenue la plus célèbre du monde aux alentours de 01H00 du matin, avant de se disperser. "Nous sommes à bout", a expliqué l’un d’eux à un journaliste de l’AFP.

Selon le Parisien, la manifestation est partie de l’hôpital Saint-Louis, où est hospitalisé un adjoint de sécurité, très grièvement brûlé aux mains et au visage après avoir été blessé le 8 octobre par un jet de cocktail Molotov à Viry-Châtillon (Essonne).  D'après le quotidien, ce rassemblement "a été organisé sans organisation syndicale".

L'attaque très violente du 8 octobre à Viry-Châtillon (Essonne) avait blessé quatre policiers, dont deux grièvement, près de la cité difficile de la Grande Borne, à Grigny, une commune limitrophe.

Une dizaine de personnes "cagoulées", selon les autorités, avaient brisé les vitres de deux véhicules de police et les avaient incendiés en tentant de bloquer les policiers à l'intérieur. Le pronostic vital d'un adjoint de sécurité de 28 ans grièvement brûlé était "toujours engagé" en fin de semaine dernière, tandis qu'une gardienne de la paix de 39 ans devait sortir de l'hôpital en début de cette semaine, selon une source policière.

Mardi 11 octobre, plusieurs centaines de policiers s'étaient rassemblés en silence devant les commissariats de France, en solidarité avec leurs collègues attaqués, et avaient réclamé plus de moyens et davantage de fermeté.

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dix jours après l'attaque de Viry-Châtillon, environ 500 policiers ont perturbé la circulation sur le rond-point des Champs-Elysées vers 1 heure du matin avant de se disperser.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-