Coups de balai, brûlures de cigarette chevilles fracturées : prison ferme pour avoir torturé sa concubine

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 28 décembre 2018 - 17:45
Image
Une balance de la justice
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP
Le jeune homme a été condamné à une lourde peine de prison.
© LOIC VENANCE / AFP
Le tribunal correctionnel de Bourges a lourdement condamné un jeune homme de 28 ans qui a imposé des sévices d'une rare brutalité à sa compagne pendant plusieurs mois. L'accusé était en récidive légale.

La cour a sanctionné une série de violences inouïe pour laquelle l'accusé n'a semblé témoigner d'aucun remord. Le tribunal correctionnel de Bourges a condamné un homme de 28 ans pour des coups particulièrement graves portés sur sa concubine comme le rapporte Le Berry républicain vendredi 28.

Les premiers faits remontent à juillet (le couple s'est rencontré en mai) et la liste des sévices égrenés devant le tribunal est glaçante. Des gifles tout d'abord, puis un jour, c'est à coup de balai que la victime âgée de 24 ans est frappée par son compagnon et voit son visage et son corps se couvrir de marques des brutalités subies. Ce dernier, en plus de la frapper, lui jette régulièrement des objets au visage et ira jusqu'à la mordre ou la brûler avec une cigarette.

Le sommet de la violence est atteint à l'issue d'une nouvelle dispute. Alors que la jeune femme est assise sur le capot de la voiture, l'accusé démarre le véhicule. Les chevilles de la malheureuses sont fracturées. Bilan: 21 jours d'ITT.

A la barre, le jeune homme ne reconnaîtra que les gifles et le coup de balai, refusant de s'expliquer sur les autres accusations car il n'a "pas envie de parler". Et le peu qu'il dit, soit de sa bouche soit via son avocat, n'a pas convaincu les juges. Le coup de balai serait d'ailleurs un "acte réfléchi" et pour cause: mouillé par la pluie car resté sur le balcon, il aurait dû se casser net et sans trop de douleur au moment du choc avec les jambes de la victime. Quant à la double fracture des deux chevilles, il s'agirait d'un stupide "accident". "Elle a été bousculée par la voiture, il ne lui a pas foncé dessus".

Lire aussi - Nantes: pour sauver une femme battue par son mari, ils se font passer pour des policiers

Autre élément à charge: le casier judiciaire de l'homme qui comporte déjà six mentions dont quatre pour violences.

La cour a finalement lourdement condamné l'accusé à une peine de quatre ans de prison ferme. En récidive légale, une précédente peine de un an de prison avec sursis a été révoquée et devient maintenant effective. Le jeune homme devra donc passer les cinq prochaines années derrière les barreaux.

Voir aussi:

Val-d'Oise: une femme battue sauvée grâce à un SOS lancé par la fenêtre

Femme battue à coups de ceinture: l'enquête "avance", l'agresseur identifié?

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.