Doubs: dérangé par les cloches de l'église, il veut les faire taire

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 21 mars 2018 - 18:04
Image
Cloche église catholique
Crédits
©Frédéric Bisson/Flickr
Un aubergiste installé dans le centre de Nods, village du Doubs, aimerait bien que les cloches de l'église fassent moins de bruit.
©Frédéric Bisson/Flickr
Un habitant de Nods, dans le Doubs, a récemment voulu lancer une pétition contre les cloches de l'église du village, qui font trop de bruit à son goût et perturbent son sommeil. Mais personne n'a répondu favorablement à ladite pétition. Et le maire ne compte pas bouger le petit doigt.

A Nods, petit village du Doubs comptant moins de 600 habitants, qui fait partie d'un regroupement de communes appelé les Premiers-Sapins, a un trésor: son église, qui existe depuis le 18e siècle.

L'église en question a de belles cloches, qui sonnent toutes les trente minutes pour signaler les demi-heures et les heures. La nuit, quand tous les volets sont fermés, et que le calme règne dans le village, on n'entend qu'elles. Et ça ne plaît pas forcément à tout le monde.

Hervé Chaillet, patron du restaurant "L'atelier gourmand", situé juste en face de l'église, ne peut plus dormir à cause du bruit des cloches, et il espère les faire taire. Au moins la nuit.

Lire aussi: accros aux écrans, les jeunes manquent de sommeil

Selon L'Est Républicain, journal régional auquel il a confié ses malheurs, l'aubergiste a envoyé une lettre recommandée à la mairie, s'appuyant sur le fait qu'un village voisin a rendu ses cloches silencieuses la nuit.

Mais Pierre-François Bernard, maire des Premiers Sapins, est resté sourd à ses réclamations. "Les cloches rythment ma vie depuis plus de cinquante ans. Si je ne les entendais pas, cela me manquerait. Il y a déjà tellement de choses qui ont disparu d’un village comme le nôtre", a confié l'édile au quotidien.

Face à ce premier refus, Hervé Chaillet a voulu lancer une pétition et rallier à sa cause d'autres habitants du village. Mais il n'a pas eu les réponses qu'il attendait: "Je suis tout seul à protester. J’ai essayé de contacter d’autres personnes en vue d’une éventuelle pétition mais je n’ai pas été suivi".

Du coup, le plaignant, qui ne parvient toujours pas à trouver le sommeil, envisage de saisir le tribunal administratif pour trancher ce litige.

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don