Gavage: un producteur de foie gras jugé pour "actes de cruauté"

Gavage: un producteur de foie gras jugé pour "actes de cruauté"

Publié le 22/01/2015 à 12:45 - Mise à jour à 15:24
©Desrus Benedicte/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Poursuivi par l'association de défense des animaux L214, un producteur de foie gras comparaît ce jeudi à La Roche-sur-Yon (Vendée) pour "sévices graves et actes de cruauté" sur des oies et des canards. Attaquée après la parution d'une vidéo choc sur les méthodes de gavage, l'entreprise incriminée dénonce une manipulation d'images.

On le sait, le gavage des oies ne plaît pas à tous, encore moins quand les animaux sont victimes de maltraitances. Pour preuve: l'entreprise vendéenne Ernest Soulard, qui fournit les cuisines de grands restaurants et palaces parisiens, comparaît ce jeudi devant le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon. Poursuivie par une association de défense des animaux, qui milite contre le gavage, elle est attaquée pour "sévices graves et actes de cruauté" sur des canards.

L'affaire remonte à novembre 2013. A l'époque, l'association L214 avait publié une vidéo dénonçant les conditions de gavage des canards dans des fermes sous contrat avec la société Ernest Soulard. Ces images, filmées en caméra cachée, montraient des canards cantonnés dans des cages individuelles (interdites en 2011 par l'Union européenne) trop petites pour effectuer le moindre mouvement. Suite à sa diffusion, l'association avait porté plainte début 2014 pour "sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux" et pour "mauvais traitements envers un animal". En réaction, la société vendéenne avait porté plainte pour "violation de domicile" et pour "dégradations". L'association L214 et deux de ses membres doivent également comparaître ce jeudi pour ces faits.

Pour l'association, ce "premier procès du gavage en France" va permettre "de discuter du fondement, de la légalité ou pas de cette pratique" et des "conséquences qu'elle peut avoir sur les animaux", a expliqué la porte-parole de L214, Brigitte Gothière.

En face, la plaidoirie n'est pas tout à fait la même. Alors que le producteur encourt deux ans de prison et 30.000 euros d'amende, il est "convaincu" que l'entreprise "sortira blanchie de cette affaire". "Ce n'est pas le procès du gavage. La question est: 'Est-ce qu'il y a eu maltraitance ou pas?' Nous allons démontrer pas à pas, minute par minute, que ce n'est pas le cas. Nous avons des éléments factuels pour démontrer que la vidéo est un montage (...) et que tout n'a pas été tourné chez nous", a déclaré Rolan Tonarelli, le directeur général d'Ernest Soulard.

Selon un sondage OpinionWay réalisé en décembre dernier pour l'association de protection animale L214, 47% des Français sont favorables à l'interdiction du gavage. Une pratique déjà interdite dans de nombreux pays (Allemagne, Royaume-Uni et Italie notamment). 

(Voir ci-dessous la vidéo publiée par l'association L214 sur les méthodes de gavage. Attention ces images peuvent heurter la sensibilité d'un public non averti)

 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un producteur de foie gras comparaît ce jeudi à La Roche-sur-Yon (Vendée) pour "sévices graves et actes de cruauté" sur des oies et des canards.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-