Gilet jaune dans le coma : les policiers ont-ils caché des preuves ? (vidéo)

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 16 janvier 2019 - 11:13
Image
Le gilet jaune blessé à Bordeaux.
Crédits
©Capture d'écran YouTube
La nouvelle vidéo de l'intervention montre la police embarrassée par la situation suite à la blessure grave infligée à Olivier, père de famille et pompier venu manifester avec les gilets jaunes.
©Capture d'écran YouTube
Une nouvelle vidéo de la charge de la police à Bordeaux samedi 12, ayant amené à la blessure grave d'un manifestant montre la scène du point de vue des policiers. Il apparaît que les forces de l'ordre ont semblé dépassées par la situation et n'ont pas porté secours à la victime. [Mise à jour à 18h08 avec de nouveaux éléments]

C'est une nouvelle vidéo publiée notamment sur la page Facebook de La France en colère (voir ici) qui montre l'intervention policière du samedi 12 à Bordeaux qui a provoqué la grave blessure d'Olivier B., un pompier venu manifester avec sa femme, qu'a révélée France-Soir.

Les images sont prises du point de vue de l'intervention des policiers venus pour protéger le magasin Apple Store de la rue Sainte-Catherine, potentiellement sous la menace de casseurs. La vidéo confirme que les forces de l'ordre ont tiré avec un lanceur de balles de défense et jeté une grenade.

Sur le même sujet: Gilet jaune dans le coma: non-assistance à personne en danger des policiers?

Mais les images montrent aussi comment les agents de police ont réagi après avoir constaté qu'un homme gisait au sol, saignant de la tête, après leur intervention. "Les gars y'a encore un blessé" entend-on, phrase prononcée par l'un des agents, a priori celui dirigeant la charge (ce qui n'est pas confirmé).

Les forces de l'ordre semblent ensuite être dans un moment de flottement et de perplexité, massées au coin de la rue, et visiblement gênées par la situation. Avant que l'un des agents ne lance: "Ils savent pas que c'est nous, on sait pas, on sait pas (…) le mec par terre là-bas". Les hommes se regardent semblant se demander ce qu'il faut faire. "Ramenez les douilles" ordonne l'un d'entre eux, peut-être pour mieux dissimuler l'origine du tir. A noter cependant que la vidéo ne montre pas si les policiers ont effectivement ramassé les douilles en question.

(Voir ci-dessous la vidéo)

Un long moment se passe pendant lequel seuls des quidams viennent en aide à Olivier avec des moyens semblant dérisoires au regard de la gravité de sa blessure. Les policiers n'interviennent pas. Voyant arriver en courant plusieurs "street medic", ces personnes qui apportent les premiers secours aux manifestants blessés, ils décident finalement de partir: "Ça sert à rien les gars… allez, on se replie!"

Olivier B., un habitant de Bazas (Gironde), sera transporté à l'hôpital et plongé dans un coma artificiel, souffrant d'une hémorragie cérébrale.

Sa femme, Cindy, a également relayé cette vidéo. "Ça se passe de commentaires! Il n'y juste qu'à écouter les ordres!!!!!", a-t-elle réagi. Puis de conclure: "Je SUIS FURIEUSE".

Mise à jour à 18h08:

Le service CheckNews de Libération vient de publier une version de meilleure qualité de la bande-son de la vidéo (lien). Sur celle-ci, il apparaît distinctement que la phrase "Ramenez les douilles" n'a pas été prononcée par les forces de l'ordre. Comme le soulignait déjà France-Soir dans la version initiale de l'article ci-dessus paru ce mercredi matin, la vidéo ne montre pas en effet les policiers ramasser les douilles en question.

"Appelez-les vous, nous on peut pas (...) faites le 18", lance plutôt un ou des policier(s) à une voix non identifiée, probablement émanant d'une tierce personne hors cadre, qui réclame "les pompiers!".

Libération ne s'avance pas sur les propos tenus par les policiers dans la première partie de la vidéo. Le média Loopsider avance une autre version: "Ils savent que c'est toi. Ils savent que c'est nous. C'est mort. C'est mort".

France-Soir, de son côté, confirme entendre sur cette vidéo la même tonalité que dans la version initialement décrite par nos soins: "Ils savent que c'est toi. Ils savent que c'est nous. On sait pas. On sait pas".

Voir aussi:

Gilet jaune blessé à Bordeaux par la police: Olivier, pompier, est dans le coma

Info France-Soir - Gilet jaune dans le coma à Bordeaux: une enquête de l'IGPN ouverte 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.