Gilet jaune dans le coma: les policiers ont-ils caché des preuves? (vidéo)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Gilet jaune dans le coma: les policiers ont-ils caché des preuves? (vidéo)

Publié le 16/01/2019 à 10:13 - Mise à jour à 18:38
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une nouvelle vidéo de la charge de la police à Bordeaux samedi 12, ayant amené à la blessure grave d'un manifestant montre la scène du point de vue des policiers. Il apparaît que les forces de l'ordre ont semblé dépassées par la situation et n'ont pas porté secours à la victime. [Mise à jour à 18h08 avec de nouveaux éléments]

C'est une nouvelle vidéo publiée notamment sur la page Facebook de La France en colère (voir ici) qui montre l'intervention policière du samedi 12 à Bordeaux qui a provoqué la grave blessure d'Olivier B., un pompier venu manifester avec sa femme, qu'a révélée France-Soir.

Les images sont prises du point de vue de l'intervention des policiers venus pour protéger le magasin Apple Store de la rue Sainte-Catherine, potentiellement sous la menace de casseurs. La vidéo confirme que les forces de l'ordre ont tiré avec un lanceur de balles de défense et jeté une grenade.

Sur le même sujet: Gilet jaune dans le coma: non-assistance à personne en danger des policiers?

Mais les images montrent aussi comment les agents de police ont réagi après avoir constaté qu'un homme gisait au sol, saignant de la tête, après leur intervention. "Les gars y'a encore un blessé" entend-on, phrase prononcée par l'un des agents, a priori celui dirigeant la charge (ce qui n'est pas confirmé).

Les forces de l'ordre semblent ensuite être dans un moment de flottement et de perplexité, massées au coin de la rue, et visiblement gênées par la situation. Avant que l'un des agents ne lance: "Ils savent pas que c'est nous, on sait pas, on sait pas (…) le mec par terre là-bas". Les hommes se regardent semblant se demander ce qu'il faut faire. "Ramenez les douilles" ordonne l'un d'entre eux, peut-être pour mieux dissimuler l'origine du tir. A noter cependant que la vidéo ne montre pas si les policiers ont effectivement ramassé les douilles en question.

(Voir ci-dessous la vidéo)

Un long moment se passe pendant lequel seuls des quidams viennent en aide à Olivier avec des moyens semblant dérisoires au regard de la gravité de sa blessure. Les policiers n'interviennent pas. Voyant arriver en courant plusieurs "street medic", ces personnes qui apportent les premiers secours aux manifestants blessés, ils décident finalement de partir: "Ça sert à rien les gars… allez, on se replie!"

Olivier B., un habitant de Bazas (Gironde), sera transporté à l'hôpital et plongé dans un coma artificiel, souffrant d'une hémorragie cérébrale.

Sa femme, Cindy, a également relayé cette vidéo. "Ça se passe de commentaires! Il n'y juste qu'à écouter les ordres!!!!!", a-t-elle réagi. Puis de conclure: "Je SUIS FURIEUSE".

Mise à jour à 18h08:

Le service CheckNews de Libération vient de publier une version de meilleure qualité de la bande-son de la vidéo (lien). Sur celle-ci, il apparaît distinctement que la phrase "Ramenez les douilles" n'a pas été prononcée par les forces de l'ordre. Comme le soulignait déjà France-Soir dans la version initiale de l'article ci-dessus paru ce mercredi matin, la vidéo ne montre pas en effet les policiers ramasser les douilles en question.

"Appelez-les vous, nous on peut pas (...) faites le 18", lance plutôt un ou des policier(s) à une voix non identifiée, probablement émanant d'une tierce personne hors cadre, qui réclame "les pompiers!".

Libération ne s'avance pas sur les propos tenus par les policiers dans la première partie de la vidéo. Le média Loopsider avance une autre version: "Ils savent que c'est toi. Ils savent que c'est nous. C'est mort. C'est mort".

France-Soir, de son côté, confirme entendre sur cette vidéo la même tonalité que dans la version initialement décrite par nos soins: "Ils savent que c'est toi. Ils savent que c'est nous. On sait pas. On sait pas".

Voir aussi:

Gilet jaune blessé à Bordeaux par la police: Olivier, pompier, est dans le coma

Info France-Soir - Gilet jaune dans le coma à Bordeaux: une enquête de l'IGPN ouverte 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La nouvelle vidéo de l'intervention montre la police embarrassée par la situation suite à la blessure grave infligée à Olivier, père de famille et pompier venu manifester avec les gilets jaunes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-