Gilets jaunes: le boulanger arrêté pour avoir refusé de servir des policiers condamné

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Gilets jaunes: le boulanger arrêté pour avoir refusé de servir des policiers condamné

Publié le 15/02/2019 à 10:50 - Mise à jour à 11:08
© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

L'employé d'une boulangerie parisienne qui avait refusé de laisser des policiers entrer dans sa boutique a été condamné mercredi 13 pour outrage et refus de vente. Il a reconnu les faits.

La vidéo avait été largement partagée sur Internet. L'employé d'une boulangerie parisienne a été condamné mercredi pour avoir refusé de servir un policier lors de l'Acte 12 des Gilets jaunes à Paris, le 2 février dernier.

Il avait invoqué le fait que les fonctionnaires soient cagoulés et armés. De son côté, le policier refoulé a rappelé s'être présenté, "visage complètement découvert, brassard d’identification au bras et sans aucune arme apparente". "Le boulanger a non seulement refusé de laisser entrer les policiers. Il les a aussi insulté et leur a fait des doigts d’honneur", a expliqué un témoin de la scène auprès du quotidien.

L'employé a été placé en garde à vue mardi dans le cadre d'une enquête pour "refus de vente" et "outrage". Sa détention a été prolongée le soir même. Par la suite, il a reconnu le fait dans le cadre d'une procédure de "plaider coupable", y compris le fait d'avoir fait un doigt d'honneur au policier selon Le Point, geste qui n'est pas visible sur la vidéo.

Voir: "Gilets jaunes": 8.400 interpellations depuis le début du mouvement

L'homme encourait en théorie un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende, mais le juge a finalement opté pour une peine alternative: 70 heures de travaux d'intérêt général. Il devra donc travailler gratuitement pour une association, une collectivité locale, un service de l'État ou un hôpital. Si la personne travaille déjà, ces tâches doivent être effectuées durant ses heures de loisirs.

Sur les images de la vidéo, on peut entendre le boulanger de 32 ans tenir tête à un agent d’une brigade anticriminalité (BAC).

"Tu vois une arme là?", l'interroge le policier qui veut entrer dans l'établissement. "Je ne sais pas, je vous préviens juste", répond le boulanger, posté à l’entrée de son établissement. "Donc c’est bon, on peut passer?", insiste le fonctionnaire. "Si vous n’avez pas d’arme, oui", persiste l'employé. "Je crois que je vais aller ailleurs, et à un autre moment de la journée, je vais aussi regarder ailleurs", conclut le policier dans un message à peine voilée de ne pas intervenir en cas d'attaque de casseurs.

Lire aussi:

Grenoble: des substances explosives saisies chez un "Gilet jaune"

Escalade de la violence entre antifas et extrême droite au sein des Gilets jaunes

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le boulanger a reconnu avoir fait un geste obscène au policier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-