Ivre et le sexe à la main, il signe les gendarmes avec une brosse à WC

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Ivre et le sexe à la main, il signe les gendarmes avec une brosse à WC

Publié le 15/06/2018 à 16:05 - Mise à jour à 16:16
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un homme de 40 ans, habitant à Segré dans le Maine-et-Loire, a été condamné à du sursis jeudi par le tribunal correctionnel d'Angers. En avril, après un signalement de violences conjugales, il avait accueilli ivre et à moitié nu deux gendarmes, avant de les "bénir" avec la brosse des WC.

Il n'était pas fier de lui jeudi 14 à la barre du tribunal correctionnel d'Angers. Et c'est compréhensible quand on énumère les faits. L'homme de 40 ans habitant à Segré dans le Maine-et-Loire a été condamné à six mois de prison pour divers faits de violences conjugales et d'outrage envers des gendarmes, le tout en état d'ivresse et à moitié nu.

Selon Ouest-France, qui a rendu compte de l'audience, lors des faits commis en avril dernier, le quadragénaire a accueilli les gendarmes le sexe dans une main et une brosse pour toilettes dans l'autre. Il a ensuite fait deux signes de croix devant chacun d'eux, comme pour les bénir. Le tout sous l'emprise de l'alcool et en les arosant d'insultes.

C'est la compagne de cet individu qui a demandé aux autorités d'intervenir. Car la veille, elle s'était disputée avec lui et il l'avait frappée (coups de poing au visage et coups de pied dans la cuisse).

Lire aussi: ivre, un passager débarqué d'un avion avec… sa poupée gonflable

Si les gendarmes sont intervenus rapidement le lendemain, c'est parce que l'homme était en compagnie de son bébé de 17 mois (qui dormait au moment des faits).

Ivre, il est entré dans une colère noire une fois que son enfant a été exfiltré de l'appartement. Il a tout cassé autour de lui et a dû être maîtrisé le temps que sa compagne, et la mère de cette dernière, fassent leurs bagages. Il a ensuite été interpellé.

Toujours selon Ouest-France, le quadragénaire -qui s'est excusé durant l'audience- a donc été condamné à six mois de prison avec sursis. Une sanction moins importante que les réquisitions.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un homme a été condamné à six mois de prison avec sursis dans le Maine-et-Loire pour des faits de violences conjugales, et aussi pour avoir "béni" des gendarmes avec l'eau des toilettes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-