Jacqueline Veyrac: l'ancien gérant de son restaurant soupçonné d'avoir commandité le rapt

Jacqueline Veyrac: l'ancien gérant de son restaurant soupçonné d'avoir commandité le rapt

Publié le 28/10/2016 à 18:43
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La police soupçonne Giuseppe.S, l'ancien gérant locataire du restaurant niçois La Réserve de Jacqueline Veyrac d'avoir commandité l'enlèvement de cette dernière en début de semaine. L'homme a été interpellé et placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire à Nice, ainsi que huit autre personnes dans le cadre de l'enquête.

Quatre jours après l'enlèvement d'une riche hôtelière à Nice, retrouvée saine et sauve 48 heures plus tard, l'ancien gérant locataire de son restaurant niçois La Réserve est soupçonné d'être le commanditaire de ce rapt, selon une source proche de l'enquête. "Les vérifications sont en cours sur son implication", a indiqué cette source à l'AFP confirmant une information donnée par M6 et Le Parisien. L'ancien gérant a été interpellé et placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire à Nice, ainsi que huit autres personnes dans le cadre de l'enquête sur l'enlèvement de Jacqueline Veyrac, 76 ans, propriétaire du Grand Hôtel, un établissement de luxe à Cannes.

Selon Le Parisien, il s’agirait d’un Italien, Giuseppe S., qui aurait pu agir par vengeance après avoir connu, en 2009 une liquidation judiciaire alors qu’il était gérant-locataire du restaurant gastronomique La Réserve, en bord de mer de Nice, propriété de Mme Veyrac. La plupart des gardés à vue ont été interpellés dans la journée de mercredi 26, dans la foulée de la découverte de Mme Veyrac, retrouvée fortuitement par un voisin dans une fourgonnette garée sur les collines niçoises. Deux personnes, se trouvant dans les parages à ce moment-là et ayant pris la fuite à bord de leur véhicule, avaient été interpellées sur le champ. Parmi les personnes mises en cause figure notamment un ancien photographe de presse reconverti dans les filatures et qui aurait joué un rôle important dans l'organisation du rapt.

Si l'implication de l'ancien gérant se confirme, la piste du règlement de comptes familial, alimentée par le litige qui existe au sein de la fratrie des enfants de Mme Veyrac sur l’héritage paternel depuis 2002, sera écartée, de même que celle d’un conflit lié à des négociations supposées sur la vente du Grand Hôtel de Cannes. Pour l'heure, l'enquête pour enlèvement et séquestration en bande organisée se poursuit, les gardes à vue ayant été portées à 96 heures, jusqu'à dimanche. L'une des neuf personnes entendues, mise hors de cause, devait être relâchée dans le journée, a précisé par ailleurs une source proche de l'enquête.

Mme Veyrac, qui avait déjà été victime d’une tentative d’enlèvement avortée en décembre 2013, avait été kidnappée lundi 24 à midi en plein centre de Nice alors qu’elle se rendait à son garage. Deux hommes cagoulés s’étaient emparés d’elle et l’avaient embarquée de force dans un véhicule utilitaire. Ligotée pendant 48 heures sur le plancher arrière de la voiture, elle avait pu dès sa libération donné des indications précieuses aux policiers.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La police a ouvert une enquête pour "enlèvement et séquestration en bande organisée".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-