Le policier agressé reconnaît avoir menti en accusant les gens du voyage

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le policier agressé reconnaît avoir menti en accusant les gens du voyage

Publié le 22/08/2018 à 07:12 - Mise à jour à 07:14
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Le chef de la police municipale de Villevaudé (Seine-et-Marne) a reconnu avoir menti en affirmant avoir été agressé dimanche dans son jardin par des membres de la communauté des gens du voyage. Les violences qu'il a subies seraient survenues dans un contexte privé lors d'une soirée.

Le policier avait accusé des membres de la communauté des gens du voyage, ouvrant la piste d'une expédition punitive. Mais le quadragénaire a reconnu avoir menti sur les circonstances de son agression.

Le chef de la police municipale de Villevaudé, en Seine-et-Marne, avait été hospitalisé dimanche 19. Souffrant de plusieurs fractures, il devait être opéré après ce qui apparaissait comme un passage à tabac en règle.

Voir: Passé à tabac chez lui, le policier accuse les gens du voyage

Il avait alors assuré que trois homme avaient, ce matin-là vers 11h, pénétré dans son jardin alors qu'il était en train d'arroser ses plantes et l'avaient battu jusqu'à ce qu'il perde connaissance. Il avait également dit avoir identifié ses agresseurs comme des gens du voyage, alors que la police municipale de Villevaudé avait, la semaine précédente, procédé à l'évacuation de membres de cette communauté d'un terrain appartenant à la ville.

Mais ce témoignage qui pouvait laisser croire qu'il s'agissait là d'une expédition punitive n'a pas résisté longtemps aux investigations menées. Interrogé par les policiers de Chelles, l'homme a finalement reconnu que l'agression n'avait pas eu lieu dimanche matin dans son jardin, mais durant la nuit précédente.

Mais surtout, le parquet a fait savoir que ces violences auraient eu lieu dans un "contexte festif" et dans la "sphère privée" du policier. Celui-ci n'aurait donc pas été agressé en raison de sa profession. Les détails sur les circonstances de ces violences n'étaient pas connus ce mercredi 22, mais le fonctionnaire pourrait en tout cas être poursuivi pour fausse dénonciation.

Lire aussi:

Grenoble, un "Chicago français", selon un syndicat policier

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le policier municipal n'aurait pas été agressé en raison de son travail.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-