Limoges: une directrice de maternelle en garde à vue pour "violences" contre ses élèves

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Limoges: une directrice de maternelle en garde à vue pour "violences" contre ses élèves

Publié le 25/06/2015 à 09:47 - Mise à jour à 09:53
©Pol Emile/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

La directrice d'une école maternelle de Haute-Vienne a été placée en garde à vue ce jeudi, soupçonnée de "violences physiques et psychologiques" contre une quinzaine d'enfants. Elle a été suspendue de son poste en février.

Les faits qui sont reprochés à une directrice d'école maternelle de Feytiat, dans la banlieue de Limoges, en Haute-Vienne sont très graves. Elle est soupçonnée de "violences physiques et psychologiques" contre une quinzaine d'enfants. Elle a été placée en garde à vue ce jeudi. Douze plaintes ont été déposées par les parents d'élèves, organisés en collectif, contre la directrice de 48 ans, également enseignante en petite section.

"Nous avons réuni de nombreux témoignages: tapes sur la nuque, enfants secoués, témoignages de tout petits racontant leur angoisse d’être mis dans le 'placard aux sorcières', humiliations, brimades la liste est sans fin", a ainsi raconté une mère de famille, porte-parole du collectif. "Les enfants étaient parfois giflés à en tomber par terre, à être balancés dans les tables et les chaises de la classe" ajoute un père de famille joint par Europe-1.

Les brimades et les humiliations étaient tellement violentes et répétées que certains enfants sont suivis par des psychologues qui ont conseillé aux parents de les retirer de l'école.

L'Éducation nationale avait écarté l'enseignante dès le mois de février suite à des courriers de plainte des parents. Le rectorat a informé ces derniers au printemps "qu'un accord avait été trouvé avec l'enseignante qui est en arrêt de travail et ne reviendra plus à l'école" précise la porte-parole du collectif. L'inspecteur de l'académie de Limoges, de son côté, préfère évoquer des gestes et des paroles inappropriés, en refusant d'apporter plus de précisions.

Toutefois, les parents d'élèves ont tenu à porter l'affaire devant la justice afin que la directrice soit radiée de l'Education nationale.

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une directrice de maternelle, soupçonnée de violences sur ses élèves, a été placée en garde à vue ce jeudi.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-