Lyon: ivre, il menace et agresse des militaires de Sentinelle

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Lyon: ivre, il menace et agresse des militaires de Sentinelle

Publié le 03/01/2018 à 10:59 - Mise à jour à 11:05
© IAN LANGSDON / POOL/AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Quatre militaires de l'opération Sentinelle ont été agressés à Lyon samedi par un homme ivre. Interpellé sur place, l'individu a été condamné mardi à quatre mois de prison avec sursis.

Un homme de 29 an a été condamné mardi 2 à quatre mois de prison avec sursis pour avoir agressé des militaires de l'opération sentinelle alors qu'il était en état d'ébriété, à Lyon.

Les faits remontent à samedi 30. Vers 20h15, l'homme se trouvait, ivre, sur la place des Terreaux, en plein centre ville, lorsqu'il a croisé quatre militaires patrouillant dans le cadre de l'opération Sentinelle.

Il les a alors invectivés, lançant notamment: "C’est pas parce que tu as un Famas (fusil d'assaut des militaires français, NDLR) que tu peux me faire peur", rapporte Le Progrès. Les militaires se sont d'abord contentés de lui faire signe de passer son chemin.

Lire aussi: Lyon - une militaire de Sentinelle tente de se suicider après une rupture

Mais l'homme originaire de Vaulx-en-Velin, après s'être éloigné vers un bar, en a remis une couche en mimant l'action de mitrailler la patrouille. Une nouvelle provocation qui a abouti à son interpellation par les militaires et un équipage de CRS. Durant son arrestation, l'homme a de nouveau joué la carte de la provocation, défiant l'un des soldats de régler le litige en dehors du service.

Déjà connu de la justice, l'homme a comparu mardi 2 pour violences aggravées, menaces de mort et outrages. Des faits qui auraient pu lui valoir une peine allant jusqu'à trois ans de prison et 45.000 euros d'amende (source legifrance).

Mais la justice semble avoir retenu la thèse de la bêtise et relevé qu'aucun personnel de sécurité n'a été blessé dans cette affaire qui a été réglée avec sang-froid. Celui que son avocat a présenté comme "un individu complètement immature qui a pris les militaires pour des copains de jeu" a donc écopé de quatre mois de prison avec sursis avec mise à l'épreuve ainsi que de 105 heures de travail d’intérêt général.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme a menacé quatre militaires de Sentinelle qui patrouillaient à Lyon.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-