Paris: un militaire de l'opération Sentinelle retrouvé mort dans un sous-sol du Val-de-Grâce, la thèse du suicide privilégiée

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Paris: un militaire de l'opération Sentinelle retrouvé mort dans un sous-sol du Val-de-Grâce, la thèse du suicide privilégiée

Publié le 06/12/2016 à 19:11 - Mise à jour à 19:12
©Patrick Hertzog/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un militaire de l'opération Sentinelle a été retrouvé mort, peu après s'être volatilisé. Le scénario d'un suicide semble pour l'heure le plus plausible. Et ce ne serait pas une première cette année.

Son corps sans vie a été découvert dans le bâtiment qui l’abritait dans le cadre de sa mission. Lundi 5, dans l’après-midi, le cadavre d’un militaire de l’opération Sentinelle a été retrouvé dans les sous-sols de l’hôpital Val-de-Grâce, dans le cinquième arrondissement de Paris.

Bien que sa mort ne soit pas encore éclaircie avec certitude, il s’agit selon les premiers éléments de l’enquête d’un suicide. Le soldat s’était en effet volatilisé un peu plus tôt cette journée du lundi, et avait emporté avec lui son arme de service, le fameux fusil Famas qui équipe encore la plupart des hommes affectés à des missions de surveillance.

C’est donc finalement dans le lieu même où il était stationné pour son hébergement qu’il a été retrouvé mort.

Il ne s’agit pas du premier cas de suicide de l’un des 10.000 militaires mobilisés pour cette opération déployée au lendemain des attentats du 7,8 et 9 janvier 2015, et qui a ensuite été renforcée après les meurtrières attaques de novembre.

En effet, en juin, un autre militaire s’était déjà suicidé, dans des conditions relativement similaires. L’homme était également affecté à la surveillance d’un point sensible de la capitale, en l’occurrence les Galeries Lafayette, dans le neuvième arrondissement de Paris. Le soldat s’était rendu dans les sous-sols de l’immense grand magasin avant de se donner la mort en se tirant une balle dans la tête avec son arme de service. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les 10.000 militaires de l'opération Sentinelle doivent surveiller les points sensibles.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-