Rennes: surveillante de prison, elle approvisionnait les détenus en drogue et en alcool

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Rennes: surveillante de prison, elle approvisionnait les détenus en drogue et en alcool

Publié le 10/02/2015 à 12:53 - Mise à jour à 13:02
©Francois Mori/AP/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): RT
-A +A

Une surveillante de la prison de Rennes-Vezin (Ille-et-Villaine), soupçonnée d’avoir fourni alcool, cannabis et téléphones portables à des détenus, a été mise en examen en fin de semaine dernière. Les enquêteurs tentent de déterminer combien de prisonniers ont profité de ses largesses et si elle avait des complices.

Une surveillante de la prison de Rennes-Vezin (Ille-et-Villaine), soupçonnée d’avoir fourni alcool, cannabis et téléphones portables à des détenus, a été mise en examen en fin de semaine dernière. L’information, révélée par Ouest France, a été confirmée par le procureur de la République de Rennes.

L’affaire débute le 3 février quand la surveillante de quarante ans est surprise dans l’enceinte de l’établissement pénitentiaire avec trois bouteilles de vodka et un téléphone portable."Les marchandises sont destinées à un détenu particulièrement surveillé", écrit le quotidien régional. La direction du centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet prévient alors les gendarmes.

Le domicile de la suspecte, qui travaille depuis 20 ans le secteur pénitentiaire, est perquisitionné. Les enquêteurs découvrent des factures prouvant l’achat d’une vingtaine de téléphones portables et d’une trentaine de litres de vodka.

En garde à vue, la femme a avoué "un certain nombre de remise d’alcool et de téléphones portables notamment", a indiqué le procureur. Présentée à un juge jeudi dernier, elle a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire. Elle a également été suspendue de ses fonctions par sa direction.

Les gendarmes de la brigade de Vezin enquêtent désormais pour savoir combien de détenus ont profité des largesses de la surveillante (qui procéderait à ce genre de trafic depuis un an déjà) et si elle avait des complices. Ses comptes et son train de vie seront examinés à la loupe afin de déterminer si elle a tiré un profit important de son "affaire" ou si elle agi "par compassion" envers certain détenus.

En attendant, cette affaire suscite une vive émotion au sein du personnel de la prison, qui a ouvert en mars 2010. Car c’est la première fois qu’un surveillant est mis en cause pour un délit de ce genre dans ce centre. "On sait que dans d'autres établissements des surveillantes ont déjà franchi la ligne jaune: cela jette le discrédit sur toute la profession qui connaît des conditions de travail difficiles. Certains détenus repèrent nos collègues les plus fragiles, et en profitent", a notamment confié un syndicaliste à Ouest France.

 

Auteur(s): RT

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




A Rennes, une surveillante de prison aurait amené vodka et cannabis aux détenus.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-