Argentine: la majorité des tampons contiendraient des pesticides

Argentine: la majorité des tampons contiendraient des pesticides

Publié le 28/10/2015 à 16:31 - Mise à jour à 17:06
©Tampax/Facebook
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Des chercheurs d’une université argentine affirment avoir trouvé des traces de glyphosate, un herbicide puissant, classé cancérogène par l’OMS, dans la plupart des tampons hygiéniques qu'ils ont testés. La majorité du coton argentin est traitée par ce désherbant.

Une équipe scientifique de l’université de La Plata, en Argentine, a tiré la sonnette d'alarme. A l'occasion du 3e congrès des médecins pour les communautés victimes d'épandage agricole qui s'est déroulé à Buenos Aires la semaine dernière, elle a publié une étude démontrant que 85% des tampons et serviettes hygiéniques testés par les chercheurs, contiennent du glyphosate.

Sous ce nom scientifique se cache le désherbant le plus utilisé au monde, commercialisé sous le nom de Roundup par le très controversé géant américain Monsanto. Cet herbicide est d'ailleurs classé comme cancérigène probable par l'OMS. 

D’après les chercheurs, ces résultats s’expliquent parce que le Roundup intervient dans la production de la grande majorité du coton argentin. Tous les produits à base de coton transformé comme les compresses seraient aussi concernés. "Le résultat de cette recherche est très sérieux, vous utilisez du coton ou de la gaze pour guérir des blessures ou pour des utilisations d'hygiène corporelle, en pensant que ce sont des produits stérilisés alors que les résultats montrent qu'ils sont contaminés avec probablement une substance cancérigène" a ainsi expliqué le docteur Medardo Avila Vazquez, qui présidait le congrès.

 "Ce pesticide ne s'accumule pas dans l'organisme, mais les expositions répétées peuvent perturber le métabolisme humain" a expliqué le docteur Laurent Chevallier, chef de l'unité de médecine environnementale du CHU de Montpellier, à Ouest France

Fin août, suite à l’amputation de la jambe d’une Américaine potentiellement causée par un composant des tampons hygiéniques Tampax, une étudiante française de 19 ans a lancé une pétition pour connaître leur composition exacte, ce qui n'est pas encore obligatoire en France. Depuis, elle a recueilli plus de 60.000 signatures. Pour se prémunir de tout problème, il est recommandé de privilégier les tampons bio vendus en pharmacie ou boutiques spécialisées.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La majorité des tampons produits avec du coton argentin contiendraient des pesticides.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-