De quoi dépend aujourd'hui la vérité (et son message) en sciences médicales ? Des scientifiques français refusent la censure et un monde orwellien

Auteur(s)
Gilles Gianni, France-Soir
Publié le 30 juin 2023 - 17:45
Image
1984
Crédits
Photo de Markus Spiske sur unsplash.com
"1984, c'est maintenant", George Orwell, dans son roman dystopique éponyme.
Photo de Markus Spiske sur unsplash.com

1984 - Dans un article publié sur la plateforme ScienceDirect, qui regroupe près de 4 000 revues académiques et plus de 18 millions de publications scientifiques revues par des pairs, les professeurs Philippe Brouqui, Michel Drancourt et Didier Raoult pointent du doigt la censure scientifique, politico-médiatique et pratiquée par le monde des Big tech, durant la gestion du Covid.

S'il n'y a pas de "ministère de la Vérité", comme le suggère le titre de l'article ("There is no such thing as a Ministry of Truth and why it is important to challenge conventional "wisdom" - A personal view"), les trois chercheurs de l'Institut-Hospitalier Universitaire de Marseille (l'IHU-Méditerranée), dont son ancien président, exposent les fondations contemporaines du bâtiment imaginé par George Orwell, dans son célèbre roman dystopique 1984.

"La censure s'applique non seulement aux réseaux sociaux et aux médias habituels, mais s'applique également aux revues scientifiques", exposent-ils, en revenant sur le scandale du renoncement à l'hydroxychloroquine (HCQ) par les autorités politiques, sanitaires et parfois dites "savantes", notamment occidentales, pour soigner le Covid dès le début de la pandémie.

Aux prémices de la crise, début 2020, "le premier article sur l'efficacité de l'HCQ est venu de Chine" et indique tout le potentiel d'efficacité de ce traitement. L'IHU-M publie alors "des résultats préliminaires montrant une diminution plus rapide de la charge virale chez les patients traités par l'HCQ associée à l'azithromycine". Une piste thérapeutique issue d'un repositionnement et choisie dans l'urgence, qui est la bonne : 476 études ont depuis été publiées, qui soutiennent toutes l'efficacité du traitement.

État de la science contre dogme politico-médiatique

Pourtant, que s'est-il passé ? Au lieu de voir apparaître, comme on pouvait s'y attendre, une conclusion scientifique impartiale autour de ces données favorables au fur et à mesure de leur production, l’attention des autorités politiques et des médias se focalise sur une seule étude, qui est en fait une falsification intégrale, publiée en juin 2020 : c’est le LancetGate. L’opprobre est jetée sur l’hydroxychloroquine, de façon mondiale, et fait croire à sa toxicité cardiaque.

En France, Olivier Véran, alors ministre de la Santé, s'appuie sur cette étude bidonnée dont les erreurs sautent pourtant aux yeux de n'importe quel étudiant en médecine ou en statistiques, pour suspendre son utilisation. À cause d'elle, d'autres études en cours, qui tendent aussi à montrer l'efficacité de l'HCQ contre le Covid, sont abandonnées. Seules quelques-unes demeurent en cours, telle Recovery qui adopte un protocole déraisonnable avec des posologies bien trop élevées. Par ailleurs, certaines présentent bel et bien dans leur développement un effet positif de l’HCQ qui... ne se retrouve jamais dans leurs conclusions, systématiquement à charge contre la molécule.

Ici, un véritable décalage est né entre l'état de la science et la représentation politico-médiatique d’un potentiel traitement, mis au ban et diabolisé, son initiateur avec, soit le professeur Didier Raoult.

Si un "ministère de la Vérité" n'existe pas, le ministère de la Santé a préféré imposer des vérités qui n'en étaient pas. Ou, en tout cas, qui étaient dénuées de bases scientifiques fiables. Par exemple : "La vaccination généralisée préviendrait la contamination des sujets à risque". Autrement dit : "la vaccination empêche la transmission".

Les trois chercheurs marseillais rappellent à quel point cette affirmation est fausse, en se référant simplement aux chiffres disponibles en la matière auprès du Johns Hopkins Institute, institut de référence dans le domaine. Nulle part autour du monde, il n'y a eu d'endiguement de l'épidémie grâce à la vaccination anti-Covid-19. Ils rappellent aussi que Janine Small, cadre supérieure chez Pfizer, "a révélé que le vaccin n’avait pas été testé pour la transmission avant son entrée sur le marché".

Sans débat, pas de mesure possible dans les prises de décision

Ce manque de prudence du politique et des médias, qui ont repris pour argent comptant la redoutable communication de l'industrie pharmaceutique et de ses relais, a nui à l'estimation juste et précise de la balance bénéfice/risque des vaccins anti-Covid-19. Avec des conséquences terribles qui s’incarnent dans l'ouverture de procès de victimes d'effets secondaires graves au départ présentés par les autorités et les industriels comme insignifiants, voire inexistants.

Et celles et ceux qui ont essayé de rappeler la nécessité de veiller au principe de précaution face à un produit expérimental, peu testé et lancé sur les chapeaux de roue, l’ont payé cher : "Toutes les tentatives pour tempérer l'enthousiasme autour du contrôle de la maladie par la vaccination ont également été censurées par les réseaux sociaux, la presse grand public et la presse scientifique", décrivent les auteurs.

Des censures qui ont eu pour effet "la rétractation d'articles", à propos de "problèmes de sécurité des vaccins", des coupes dans le financement de recherches, "la suspension" de licences d'exercice médical, voire "l'appel au licenciement" de qui voulait librement s'exprimer sans avoir déjà cédé à des phénomènes "d'autocensure".

Face à ce système de censure, et de coercition, la candeur de ses décideurs ou acteurs, drapés dans un discours du type "nous ne savions pas à quel virus nous avions affaire...", tenu a posteriori, ne peut être admise : qui observait en temps réel les données scientifiques (taux de mortalité du virus, mutations de celui-ci...) ne pouvait ignorer que les mesures retenues contre le Covid étaient plus politiques que sanitaires : soit elles étaient inappropriées, soit elles étaient disproportionnées.

LockDown Files, Twitter Files, complexe industriel de la censure

Le scandale des LockDown Files outre-Manche a démontré cette emprise de la sphère politique, notamment à propos de l'exécution du choix des confinements, pourtant scientifiquement et médicalement inutiles, comme l'ont démontré les travaux de l'épidémiologiste John Ioannidis.

Pourtant, tout doute émis sur les décisions adoptées par des politiques, qui n'y croyaient pas eux-mêmes, a été censuré ou attaqué ad hominem. La journaliste Isabel Oakeshott, qui a exposé les échanges de l'exécutif britannique avec son administration sanitaire, source des LockDown Files, a résumé la vraie nature de la situation : "Ce que ces messages montrent, c'est le danger du pouvoir montant à la tête d'un petit groupe de personnes après qu'elles se soient emparées d'un niveau de contrôle sans précédent sur la vie quotidienne des gens".

Contrôle, censure, décisions en petit comité... La science est bien loin. Un autre scandale, celui des Twitter Files, illustre encore ce mécanisme fou. Il établit que des ordres venaient des plus hautes sphères politiques, cette fois étatsuniennes, y compris d'agences de renseignements (dont le FBI), afin d'invisibiliser les données qui n'allaient pas dans le sens du "dogme officiel" politico-sanitaire, par exemple à propos du "tout-vaccin".

Une série d'articles proposée par France-Soir est revenue en détail sur les affaires révélées par les Twitter Files : 

-Les Twitter Files dévoilent comment les pressions de l’administration Biden ont altéré la modération du débat lié au Covid-19

-Twitter Files, partie 13: le lobbying d’un directeur de Pfizer afin de censurer des tweets sur la vaccination anti-Covid

Il apparaît un inquiétant mélange des genres entre politique, renseignement, milieux universitaires et de la recherche, que l’essayiste et défenseur des droits numériques Andrew Lowenthal nomme le "complexe industriel de la censure".

Dans le domaine de l’information liée à la santé, jamais les nouvelles relayées auprès du grand public n’ont été autant filtrées et contrôlées, dans les médias mainstream, sur la plateforme Twitter et selon toute vraisemblance sur celles de Big Tech de la taille de Meta (Facebook) ou de Google-Alphabet.

L'emprise des Big tech sur le débat médical et scientifique

Propriété de Google, YouTube est citée par Raoult, Brouqui et Drancourt comme un organe censeur de tout premier plan. Un site de diffusion de vidéos qui s’est transformé en donneur de leçons médicales, avec une soi-disant politique de prévention de la désinformation, reprise dans l’article publié via ScienceDirect :

YouTube doesn't allow content about Covid-19 that poses a serious risk of egregious harm. Youtube doesnt( allow content that spreads medical misinformation that contradicts local health authorities (LHA) of the World Health Organization's (WHO) medical information about Covid-19. This is limited to content that contradicts WHO or local authorities guidance on : treatment, prevention, diagnosis, transmission, the existence of Covid-19.

YouTube n'autorise pas les contenus à propos du Covid-19 qui présentent un risque sérieux de préjudice grave. YouTube n'autorise pas les contenus qui diffusent des informations médicales erronées qui contredisent les informations médicales de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et des autorités sanitaires locales sur le Covid-19. Ceci est limité au contenu qui contredit les conseils de l'OMS ou des autorités locales sur : le traitement, la prévention, le diagnostic, la transmission, l'existence du Covid-19.

Mais que se passe-t-il si cette "politique de prévention" se réfère à des administrations ou entités qui prennent des décisions ou prônent des recommandations qui ne reposent pas sur la science ? Que se passe-t-il si, d'une façon ou d'autre, l'influence de l'industrie ou de la sphère politique devient trop forte ? Des sujets peuvent alors ne plus être abordés et des événements ne plus être médiatisés. Comme par exemple l'origine du virus SARS-CoV-2, dont la censure de son questionnement même représente un autre chapitre du scandale des Twitter Files.

Dans le détail des avertissements de YouTube, on trouve ne particulier un "contenu" à propos duquel il est nécessaire de rester bouche cousue pour ne pas risque de voir sa petite vidéo exclue de la plateforme :

Content that claims that there's a guaranteed cure for Covid-19
Content that recommends use or Ivermecin or hydroxychloroquine for the treatment of Covid-19
Claims that hydroxychloroquine is an effective treatment for Covid-19
Categorical claims that Ivermectin is an effective treatment for Covid-19
Claims that Ivermectin and Hydroxychloroquine are safe to use in the prevention of Covid-19
Other content that discourages people from consulting a medical professional or seeking medical advice

Les contenus qui prétendent qu'il existe un remède garanti contre le Covid-19
Contenu recommandant l'utilisation d'Ivermecin ou d'hydroxychloroquine pour le traitement du Covid-19
Allégations selon lesquelles l'hydroxychloroquine est un traitement efficace contre le Covid-19
Allégations catégoriques selon lesquelles l'ivermectine est un traitement efficace contre le Covid-19
Allégations selon lesquelles l'ivermectine et l'hydroxychloroquine peuvent être utilisées sans danger pour la prévention du Covid-19
Tout autre contenu qui décourage les gens de consulter un professionnel de la santé ou de demander un avis médical.

Il est par conséquent impossible d'évoquer l'hydroxychloroquine et cela à cause d'indications fausses (dont celles du LancetGate) qui ont été reprises par les autorités. L'exemple se reproduit identiquement en ce qui concerne l’ivermectine qui, à l’instar de l’HCQ, est elle aussi une molécule issue du repositionnement, qui a montré une indéniable efficacité contre le Covid-19. Hors brevet, libre de droit, peu chère et sans effets secondaires notables, elle a été présentée aux États-Unis par la Food and Drugs administration (FDA) comme un produit vétérinaire exclusif.

Il est impossible que la FDA ignore les diverses applications d’un des antiparasitaires humains les plus utilisés au monde : il s’agit bien selon les auteurs, là encore, d’une "propagande qui légitime la censure à l’encontre de l’utilisation de l’ivermectine".

Si ces recommandations reprises par YouTube sont censées reprendre les avis des autorités de santé, de facto, elles forment un carcan qui nuit à la possibilité d’observer l'évolution de l’état de la science menée dans un cadre public et indépendant. Autrement dit, la science se fige, entre dans une doxa, une croyance : elle n'est plus la science. 

Avant même que la preuve scientifique soit apportée ou confirmée, la disputatio à propos des données est ainsi rendue impossible, la contradiction interdite. La Big Tech, théoriquement simple éditeur de contenus, se prend au passage - dans certains cas, notamment observés aux États-Unis - pour un prescripteur de conseils médicaux qui conseille ou déconseille un remède.

Cancel culture de médicaments

Au-delà du côté illégal de cette pratique outre-Atlantique, on voit là encore une mécanisation du procédé. En effet, la régie publicitaire de Google-Alphabet, Google AdSense, va purement et simplement faire disparaître de sa régie publicitaire les mots clefs "hydroxychloroquine" ou "ivermectine".

Faire disparaître des mots pour éviter que certains contenus apparaissent lors de recherches, comment appelle-t-on cela, déjà, dans 1984 et sa mise en scène de Big Brother ? 

En revanche, rien de tel n’aura été mené contre les mots clefs "Remdesivir", ce médicament des laboratoires pharmaceutiques Gilead (rebaptisé Veklury), promu par les autorités de santé, dont la FDA, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et acheté à prix d’or par l’Union européenne (et donc le contribuable français), qui n’a montré aucune efficacité contre le Covid et provoque des effets secondaires établis et graves sur les patients. Troublant !

Et, autre exemple, Google a laissé faire de la publicité pour le fentanyl, un opiacé qui fait des ravages aux États-Unis du fait de son caractère addictif. Pourquoi un tel "un poids, deux mesures" ? Pourquoi tant de haine contre l’hydroxychloroquine et si peu de précautions envers le Remdesivir ?

Gilead Science a son siège social dans la Silicon Valley. Le grand actionnariat de ce laboratoire et des Big Techs telles Google, Meta, Twitter (à moindre mesure) et Microsoft tient finalement dans un mouchoir de poche : le groupe BlackRock et Vanguard figurent parmi les très grands détenteurs d'actions du laboratoire. Il y a le ministère de la vérité et il y a le ministère des affaires...

À LIRE AUSSI

Image
Didier Raoult
L’hydroxychloroquine, un traitement efficace contre la Covid-19 "saboté depuis le début" : "Il faut qu’il y ait une commission parlementaire à ce sujet", entretien avec le Professeur Raoult
DEBRIEFING - Dans le cadre d’un entretien en compagnie du Professeur Raoult, l’ancien président de l’IHU-Méditerranée évoque plusieurs sujets incontournables de l’actu...
26 mai 2023 - 15:02
Vidéos
Image
IHU
Soignée à l'IHU-Méditerranée : "Essai sauvage" ? Vous avez bien dit "sauvage" ?
TRIBUNE/TÉMOIGNAGE - Dans un article paru dans le Journal du dimanche (JDD) et une tribune publiée dans Le Monde ce lundi 29 mai, les sociétés savantes et autres exper...
31 mai 2023 - 13:30
Opinions
Image
journalisme digital
Comment l'Union Européenne veut contrôler l'information grâce aux Big Techs. Partie 4) La dépendance des médias et l'avènement du fact-checking
Enquête en plusieurs parties - Comment l'Union Européenne veut contrôler l'information grâce aux Big Techs. Du fact-checking aux agences de renseignements américaines ...
09 juin 2023 - 11:00
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Anne Hidalgo
Anne Hidalgo : Fluctuat nec mergitur..., quoi que !
PORTRAIT CRACHE - Edile un jour ne rime pas forcément avec idylle toujours. Cela fait 10 ans, presque jour pour jour, que la socialiste Anne Hidalgo est maire de Paris...
06 avril 2024 - 15:39
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.