Des adolescentes américaines se font opérer pour ressembler à des filtres Snapchat

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 04 août 2018 - 18:49
Image
Logo de l'application mobile de "Snapchat" le 24 janvier 2014 à Paris
Crédits
© LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives
De jeunes Américaines font de plus en plus appel à des chirurgiens plasticiens pour ressembler aux photos prisent avec les filtres Snapchat.
© LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives
Des médecins américains s'alarment que des utilisateurs de Snapchat soient complexés par leur visage. De jeunes Américaines font de plus en plus appel à des chirurgiens plasticiens pour ressembler aux photos prisent avec les filtres du réseau social.

C'est une tendance pour le moins surprenantes qui inquiètent particulièrement les médecins américains. Des praticiens s’inquiètent de voir de plus en plus de patients complexés par leur visage à cause des filtres utilisés par le réseau social Snapchat.

Dans un article publié, jeudi 2, dans la revue Journal of the American Medical Association, trois médecins du département de dermatologie de l’université de Boston s'alarment sur le risque de dysmorphophobie, la peur de défaut physique, liée à l’utilisation excessive de filtres sur les réseaux sociaux comme sur Snapchat ou encore sur Instagram.

Voir - Facebook, "c'est pour les parents": les ados préfèrent Snapchat

"Auparavant, les patients arrivaient en consultation avec des photos de célébrités pour leur ressembler. Un nouveau phénomène, baptisé «dymorphophobie de Snapchat», amène les patients à vouloir ressembler aux versions filtrées d'eux-mêmes, avec des lèvres plus pulpeuses, de plus grands yeux et un nez plus fin", a souligné la dermatologue Neelam A Vashi selon BFMTV. Ainsi, un nombre important de jeunes Américaines consulteraient des chirurgiens plasticiens pour se faire opérer et obtenir à long terme des résultats sur la morphologie de leur visage proche des filtres utilisés par le réseau social.

Et les chiffres sont particulièrement inquiétants: en 2017, 55% des chirurgiens américains ont déjà été confrontés à ce genre de demandes, contre 42% en 2015.

"Cette tendance est alarmante dans la mesure où les filtres appliqués aux selfies font apparaître un physique inaccessible et réduisent la frontière entre la réalité et le fantasme pour ces patient", a fait savoir la dermatologue. En effet, dans le cas d'un selfie, l'angle de la prise de la photo et la proximité de l'objectif déforment les dimensions du visage, ce qu'aucun chirurgie plastique ne peut atteindre.

Les personnes atteintes de "dymorphophobie de Snapchat" sont alors éternellement insatisfaites. Le rapport préconise alors un suivi psychologique afin de gérer cette nouvelle forme d’obsession. 

Lire:

Un tweet de Kylie Jenner coûte 1,3 milliard de dollars à Snapchat

Strasbourg: les photos intimes de dizaines d'ados fuitent sur Snapchat

Une petite fille autiste retrouvée grâce à Snapchat 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.