Deux bébés siamois, reliés par l'abdomen, ont été séparés avec succès à Paris

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Deux bébés siamois, reliés par l'abdomen, ont été séparés avec succès à Paris

Publié le 01/06/2015 à 11:55 - Mise à jour à 12:15
©Capture d'écran TF1
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Hassan et Boubacar, deux bébés siamois guinéens ont été opérés avec succès à l'hôpital Necker à Paris. Reliés par l'abdomen, ils ont été séparés la semaine dernière sans complication et sont, d'après les dernières nouvelles, en bonne santé.

Ce n'est pas tous les jours qu'une telle prouesse médicale est réalisée. Deux bébés siamois de 4 mois et demi, nés en Guinée et reliés par l'abdomen, ont été séparés la semaine dernière, le 26 mai, à l'hôpital Necker à Paris après une opération de 10 heures, a révélé ce lundi Le Figaro.

Financée grâce aux donateurs de l'association La Chaîne de l'espoir, qui vient en aide aux enfants qui ne peuvent être opérés dans leur pays d'origine, l'intervention a nécessité la présence de sept chirurgiens (quatre chirurgiens pédiatriques et 3 chirurgiens plasticiens).

L'histoire de ces deux bébés est tout bonnement incroyable. Nés au début janvier à Conakry en Guinée, Hassan et Boubacar avaient 20 centimètres de peau et une partie du système digestif en commun (le foie et l'intestin grêle). Une rareté qui avait d'ailleurs provoqué une effervescence médiatique en Guinée et pour cause: il s'agit des premiers bébés siamois nés vivants dans le pays, une naissance qui relevait du miracle.

Après de nombreux examens, les médecins ont alors annoncé à leur maman, Fatoumata, qu'il était possible de les séparer en France. L'opération s'avérait toutefois très risquée. Pour être prêt le jour J et ne pas risquer une fin tragique, les chirurgiens l'ont alors répétée à plusieurs reprises et ont imaginé toutes les complications possibles.

Grâce à cette implication et à une mobilisation de masse, l'opération s'est déroulée sans encombre et les deux bébés sont aujourd'hui en bonne santé. Ils pèsent 9 kilos à eux deux (contre 5,6 à la naissance) et devraient rapidement rejoindre leurs trois frères et sœurs. "Je suis très contente et soulagée que tout ce soit bien passé", s'est réjoui la maman. 

 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Hassan et Boubacar étaient reliés par l'abdomen.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-