Edward Snowden s'inquiète pour nos données de santé

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Edward Snowden s'inquiète pour nos données de santé

Publié le 25/05/2020 à 08:58 - Mise à jour à 19:14
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

L’analyse systématique et massive des données de santé est nécessaire pour faire avancer la recherche et orienter la prise de décision. C’est d’autant plus vrai en période de crise sanitaire, comme aujourd’hui, car cela permet l’amélioration des connaissances sur la Covid-19, pour mieux lui faire face. La crise du Coronavirus  a accéléré le développement du Health Data Hub, plateforme qui regroupe toutes les données de santé de la population française, centralisées sur le cloud de Microsoft. Cette attribution de marché, qui pose question, a aussi attiré l’attention d'Edward Snowden qui se montre (encore une fois ) préoccupé par la sécurité des données des français.

Microsoft : Seul capable d’assurer la mise en place d’une base de données pareille?

Un arrêté publié le 21 avril oblige les hôpitaux à intensifier l’envoi des données de santé chez Microsoft (données liées aux pharmacies, aux prises en charge en ville, aux applis ou outils numériques de santé, aux services d’urgences) et les éléments présents dans le Système national des données de santé (SNDS). Dans un tweet, Edward Snowden se demande : “Pourquoi? C’est plus simple….”, en ajoutant un lien vers le site du collectif Interhop.  Le site d’information Zdnet  décrit sa posture d’indignation et d’ironie. Les données seraient aussi accessibles au gouvernement américain (par l’intermédiaire du CloudAct).

La justice américaine pourrait avoir accès à nos données de santé avec le Cloud Act

Les data centers qui hébergent le Health Data Hub se situent en France et Microsoft est certifié hébergeur de données. Laurent Tréluyer, directeur des systèmes d’information à l’Assistance publique des hôpitaux de Paris (APHP), qui regroupe 39 établissements et 100 000 salariés, explique que c’étaient les deux conditions pour utiliser leurs services.
Cependant, une loi américaine, Le Cloud Act, permet à la justice américaine d’avoir accès aux données stockées dans des pays tiers en cas de volonté politique ou d’attaque informatique.
La présidente de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), Marie-Laure Denis, a affirmé, en septembre, à l’Assemblée Nationale, que ce texte est contraire au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) censé protéger les citoyens européens. « Toute demande d’accès d’une juridiction ou d’une autorité administrative d’un pays tiers, adressée au sous-traitant […] ne pourrait […] être considérée comme licite ». La Cnil recommande également que la plateforme des données de santé assure un hébergement et un traitement des données sur le territoire de l'Union européenne.

 Il existe des alternatives en France

Selon Interhop, des acteurs français du cloud existent : OVH par exemple. La direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État (DINSIC) pourrait aussi unir ses efforts à ceux des pays européens, pour créer un “cloud européen”, et construire un écosystème plus souverain, indépendant et sécurisé. 
Dans le contexte particulier du déconfinement, une politique nationale, de dépistage du Covid-19 et d’enquêtes sanitaires, a été mise en place. Ces données seront également centralisées par le Health Data Hub pour être mises à disposition de la recherche.  La CNIL s’est prononcée le 8 mai 2020, en urgence, sur un projet de décret encadrant les deux systèmes d’information, SI-DEP et Contact Covid, données très sensibles, capables de déterminer qui a pu être contaminé par une personne testée positive.

Cet avis demande des garanties supplémentaires afin de protéger la vie privée des Français.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un arrêté publié le 21 avril oblige les hôpitaux à intensifier l’envoi des données de santé chez Microsoft

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-