L'agression "antivax" était totalement inventée : itinéraire d'une "fake news"

L'agression "antivax" était totalement inventée : itinéraire d'une "fake news"

Publié le 20/01/2022 à 11:28
JEFF PACHOUD / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

La croisade médiatique contre les « antivax » se poursuit, quitte à sauter sur le moindre fait divers... Même totalement inventé. Le jeudi 7 janvier, un collaborateur d'un centre de vaccination dans le Grand-Est racontait avoir été « violemment agressé » à la fin de son service. Ni une ni deux, la presse a bondi sur l'affaire, mêlant la prétendue agression au « regain de mobilisation des antivax ». Hier, le collaborateur en question avouait avoir tout inventé.

Un épisode qui n'est pas sans rappeler celui du ministre Gérald Darmanin et sa manifestation nazie...

Lire aussi : Saluts nazis à la manif anti-pass : "fake news" de Gérald Darmanin, relayée par certains médias

Une attaque « clairement ciblée, et avec préméditation »...

Le récit était bien ficelé. Le collaborateur sortait de son centre de vaccination à 20 h, se retrouvait face à trois hommes qui, après s'être assurés qu'il travaillait ici, l'ont agressé physiquement. « Blessé "au ventre, à l’arcade sourcilière, à la cuisse et à la main", il s’est vu prescrire trois jours d’incapacité totale de travail (ITT) », pouvait-on lire sur Le Parisien. RTL ajoutait même que « ses agresseurs lui ont planté une seringue au niveau de l'abdomen ». De vrais sauvages !

Bien sûr, une enquête a aussitôt été ouverte pour « violences en réunion avec arme et avec préméditation », et Catherine Sorita-Minard, la procureure de la République de Colmar, n'est pas restée indifférente à l'affaire. Selon elle, l'attaque était « clairement ciblée ». De son côté, Jean Rottner, président de la région Grand-Est, y voyait un lien clair avec un « regain de mobilisation des antivax » et martelait que « ces agressions sont inadmissibles, il faut absolument les condamner. »

Sans surprise, les trois agresseurs imaginaires n'ont pas été retrouvés.

...transformée en « fausse agression »

Hier, Catherine Sorita-Minard indiquait, selon ses propres aveux, que l'agressé ne l'avait jamais été. « Face à un certain nombre de contradictions entre les constatations faites et les déclarations du plaignant, ce dernier a été réentendu ce (mercredi) matin et a indiqué avoir menti : il n’a pas été agressé mais s’est auto infligé les blessures qui ont été constatées par les médecins », écrivait-elle dans un communiqué, selon un nouvel article du Parisien. Coups de poings sur la cuisse, entailles avec un cutter personnel, et blessures avec la seringue... il a tout fait lui-même.

Aussi a-t-il été placé en garde à vue pour « dénonciation mensongère d'un délit imaginaire », se retrouvant ainsi passible de six mois de prison et d'une amende de 7 500 euros. Il se serait infligé cela, car dans un profond « mal-être ». Bien vite, la garde à vue a été levée par la procureure, qui a préféré demander « une expertise psychiatrique » et « une enquête de personnalité, afin de pouvoir donner à cette affaire les suites pénales adaptées ».

Cette fois-ci, Olivier Véran ne pourra pas dire que ce sont les « antivax » qui nagent en plein délire...

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




« Dénonciation mensongère d'un délit imaginaire »...

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-