La situation des étudiants, une « source de préoccupation majeure », mais des mesures a minima

La situation des étudiants, une « source de préoccupation majeure », mais des mesures a minima

Publié le 15/01/2021 à 09:33 - Mise à jour à 09:34
© NICOLAS TUCAT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
C’était une première : la présence de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation à la conférence de presse hebdomadaire sur la situation sanitaire. Mais pour dire quoi ?
 
Frédérique Vidal s’est voulue empathique envers les quelque 2,7 millions d’étudiants privés de cours en présentiel, de liens sociaux, de culture, etc., souvent contraints de passer leur temps dans des chambres ou des logements minuscules. 
 
« Les étudiants ont le sentiment que la crise sanitaire a volé leurs plus beaux moments »
 
Certes, mais après ? Les appels lancés par des jeunes comme des présidents d’université ont-ils été entendus ?
 
En partie disons, le premier ministre promettant une reprise « très progressive » des cours en présentiel, avec à partir du 25 janvier le retour par demi-groupes en travaux dirigés pour les élèves de première année. 
 
De son côté, Frédérique Vidal a annoncé ou confirmé :
  • Un doublement du nombre de psychologues dans les universités pendant le premier semestre 2021 – on en compte actuellement 1 pour 30 000 étudiants
  • Les 20 000 étudiants tuteurs missionnés pour l’aide pédagogique
  • La « pleine mobilisation » des 1600 référents en résidence universitaire
Des mesures jugées insuffisantes
 
Largement « insuffisant » face à « un mal-être de plus en plus criant » pour la Fage, le premier syndicat étudiant. 
 
Son président Paul Mayaux, interviewé par 20 minutes attend davantage de la rencontre prévue ce vendredi matin à Matignon entre les ministres concernés, la conférence des présidents et les organisations étudiantes. 
 
« Si aucune autre mesure sociale et financière n’est annoncée ce vendredi, il y aura un point de non-retour entre le gouvernement et les étudiants. Une simple considération médiatique ne suffit plus à calmer la détresse, qui monte de jour en jour »
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les étudiants retrouveront "très progressivement" le chemin des cours, en fonction de la situation sanitaire

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-