Le patron de Pfizer envisage la possibilité d’un vaccin "multi-variants" pour l’automne

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 14 avril 2022 - 18:46
Mis à jour le 15 avril 2022 - 17:48
Image
Albert Bourla, le patron de Pfizer envisage la possibilité d'un nouveau vaccin dés cet automne
Crédits
Sakis Mitrolidis / AFP
Albert Bourla, dirigeant de Pfizer annonce "j'espère que d'ici l'automne, nous pourrions avoir un vaccin"
Sakis Mitrolidis / AFP

Mercredi 13 avril, lors d’une conférence de presse organisée par la Fédération internationale de l’industrie du médicament (Ifpma), le dirigeant de Pfizer, Albert Bourla, a annoncé que la société américaine pourrait développer un vaccin pour faire face à Omicron et d’autres formes de variants du Covid-19, dès l’automne.

"J’espère que d'ici à l'automne, mais ce n’est pas une certitude, nous pourrions avoir un vaccin", table-t-il. Albert Bourla déclare "qu’il est plus simple de faire quelque chose uniquement face à Omicron", mais, qu'en revanche, "ce qui est scientifiquement et techniquement plus difficile, c’est d’être efficace contre tout ce qui est connu pour le moment, afin de ne pas avoir deux vaccins différents pour des variants différents".

Le géant pharmaceutique américain effectue d’autres tests pour d’éventuels nouveaux vaccins et d’autres doses. Albert Bourla précise que Pfizer procèdera à la vente de leurs produits, "une fois que nous saurons qu'elle est la meilleure voie à suivre, nous demanderons l'homologation." Il s'adresse ici particulièrement aux États-Unis, et à l'Europe, qui restent les plus gros acheteurs de doses de vaccin.

Doit-on s’interroger sur les promesses du dirigeant de Pfizer d'un futur vaccin, alors que la firme promettait une fiabilité de 95 % du vaccin en 2020 ? Aujourd'hui, cette efficacité est largement remise en cause, avec une quatrième dose de vaccin préconisée par la Haute Autorité de Santé (HAS) pour les personnes de plus de soixante ans. Appelée ironiquement "deuxième dose de rappel" par les médias mainstream, celle-ci permet une réduction "de 80 % du risque d’hospitalisation, de réanimation, et de décès", selon Olivier Véran, qui s'appuie sur l’avis rendu par la HAS le 18 mars.

Lire aussi : Déception sur l'efficacité des vaccins contre le Covid-19: l'aveu de la directrice des CDC américains

Autre point d'interrogation : le traitement Paxlovid du laboratoire Pfizer, autorisé en accès précoce par la HAS et par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), disponible en pharmacie depuis plus de deux mois. Est-ce un aveu d'échec que de s'en détourner aussi rapidement ? Pour rappel, le gouvernement a dépensé un total de 250 millions d’euros pour 500 000 boîtes achetées, et seules 3 500 d'entre elles ont été écoulées fin mars...

Notons aussi que ces déclarations d'Albert Bourla arrivent alors que les essais cliniques de phase III du premier vaccin ne sont toujours pas achevés, et que ces mêmes essais cliniques n'ont pas été particulièrement rigoureux. C'est ce que révélait une enquête publiée par le British Medical Journal, le 2 novembre 2021.

Voir aussi : "PfizerGate" ? Révélations sur des essais cliniques falsifiés par le triptyque Pfizer - Ventavia - FDA

Enfin, pendant que la presse mainstream évoque les effets secondaires "rares" liés à la vaccination, rappelons que des médecins continuent d’alerter sur les dangers de la protéine Spike et de la surmortalité post-vaccinale.

Voir aussi : Effets secondaires des vaccins: les scientifiques allemands jettent plusieurs pavés dans la mare

Albert Bourla, décoré du prix "Business Leadership" par Ursula von der Leyen en novembre dernier, confond-il vitesse et précipitation ?

À LIRE AUSSI

Image
Christine Cotton : son analyse sur les essais Pfizer
Vaccin Pfizer contre le covid : Castex, Véran et les autorités ont-ils mis en danger la vie d’autrui ?
Un rapport de Christine Cotton, bio-statisticienne, ancienne PDG d’une société de recherche sous contrat (CRO) pour l’industrie pharmaceutique pendant 23 ans, soulève ...
01 février 2022 - 12:02
Société
Image
Vaccin Moderna
Suite à la découverte d'un insecte dans un flacon, Moderna retire près de 800 000 doses de vaccin
Un moustique a été découvert à l'intérieur d'un flacon dans un centre de vaccination de Malaga, en Espagne. Invoquant la « présence d’un corps étranger », l'Agence esp...
13 avril 2022 - 18:07
Société
Image
Me Joseph
Vaccins: une plainte pour crime d’empoisonnement déposée au Tribunal judiciaire de Paris
ENTRETIEN - Une plainte criminelle contre X pour crime contre l'humanité, empoisonnement et tentative d'empoisonnement, rédigée par un collectif de juristes et d’avoca...
08 avril 2022 - 17:00
Politique