Pour une vision plus fidèle de la circulation du virus : les données du SARS-Cov-2 dans les eaux usées sont désormais en open data

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Pour une vision plus fidèle de la circulation du virus : les données du SARS-Cov-2 dans les eaux usées sont désormais en open data

Publié le 26/01/2021 à 12:35 - Mise à jour à 12:38
Obepine
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Depuis le début de la pandémie, le réseau Obépine, (Observatoire Épidémiologique dans les Eaux usées) détecte et trace le virus SARS-Cov-2 dans les eaux usées. Ce système de suivi de la propagation a le grand avantage de permettre un suivi très détaillé, à l’échelle du quartier, qui permet une planification et des mesures plus en phase avec la circulation réelle du virus.
Malgré la quantité importante d'informations très précises que l’on peut collecter dans les égouts, l'expérience des derniers confinements montre que les conclusions tirées des analyses d’eau usées n’ont pas été suivies de réactions rapides des autorités et des services de l'État. Bien au contraire: les chiffres recueillis au niveau départemental ne permettaient pas de justifier un confinement national. Heureusement, à partir du lundi 25 janvier, les données du réseau Obépine sont désormais ouvertes. Cela permettra-t-il une réaction plus rapide, et des mesures plus adéquates pour chaque région?

Pourquoi ces données sont-elles ces données importantes et plus fidèles que les tests?

Le Coronavirus se fixe sur des récepteurs présents à la fois dans les poumons et le tube digestif, et, selon une nouvelle méta-analyse  environ 16 % des cas de Covid-19, sont pris en charge uniquement pour des problèmes gastro-intestinaux. Les personnes infectées vont alors excréter le virus dans leurs selles, qui se retrouve dans les eaux usées.
Le réseau Obépine peut alors“ alerter de manière anticipée sur l’augmentation probable du nombre de porteurs du virus dans une zone correspondant au bassin versant de la station analysée”.
Pour Vincent Maréchal, virologue à Sorbonne Université et cofondateur du réseau, l'intérêt est de grande ampleur, car l’analyse des eaux usées donnera une vision fidèle de l'évolution de la circulation du virus dans les populations. “Il s’agit d’un indicateur macroépidémiologique très intéressant car on peut avoir un instantané assez précis d’une situation.” À la différence des résultats des tests, qui donnent une vision avec plusieurs jours de retard sur la réalité.
En effet, en plus du problème de retard inhérent aux tests, les données sont biaisées. D’un côté, elles ne comptabilisent pas les cas asymptomatiques (les personnes asymptomatiques ne se font généralement pas tester alors que  50 à 60 % des cas sont asymptomatiques) et d’un autre côté elles dépendent des stratégies et capacités de test mise en place (capacité de dépistage, la priorisation ou non des tests selon les personnes, prise en compte des tests antigéniques,  vacances scolaires, et d’autres facteurs) .
Outre le caractère hyper localisé des analyses, l’observatoire travaille aussi sur les méthodes d'analyse pour permettre de détecter les quantités de variants du SARS-CoV-2 dans les eaux usées.

Une ouverture timide qui aura peut être un impact pour mieux décider du troisième confinement?

Vincent Maréchal  regrette que les données Obépine n’aient pas pu permettre d’anticiper la deuxième vague, qui, selon lui a été détectée en juin 2020 dans les eaux usées. La libération des données pourrait permettre d'exercer une pression de la part de la société civile. Cependant, l’ouverture des données ne se fera que progressivement.
Sur les 150  stations d'épuration suivies par Obépine, l’ouverture concerne au départ seulement une quarantaine d’entre elles.
Des courbes par ville sont présentées sous la forme d’un indicateur de tendance pour le suivi de l’épidémie par une quantification des génomes viraux dans les eaux usées. Ces données sont desormais consultables en ligne: https://www.reseau-obepine.fr/newsletter/
 

 

 

Auteur(s): FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


A partir du lundi 25 janvier, les données du réseau Obépine sont désormais ouvertes.

Newsletter





Commentaires

-