Sida et autres MST: la population homosexuelle reste la plus touchée

Sida et autres MST: la population homosexuelle reste la plus touchée

Publié le 29/11/2016 à 09:53 - Mise à jour à 09:55
©Flickr Creative Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'agence Santé publique France a publié ce mardi ses chiffres sur le Sida et les autres maladies sexuellement transmissibles. Elle relève que chez les hommes homosexuels, le nombre de contaminations par le VIH ne diminue pas et que la propagation d'autres MST augmente. Cela en raison d'une hausse des comportements à risque et de la perte de vitesse du préservatif.

L'infection par le virus du sida (VIH) se maintient à un niveau élevé en France chez les homosexuels qui sont aussi la population la plus touchée par l'explosion des infections sexuellement transmissibles en raison d'une baisse de l'utilisation du préservatif, selon des chiffres rendus publics ce mardi 29.

En 2015, sur les quelque 6.000 découvertes de séropositivité, 2.600 concernaient des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, soit 43% de l'ensemble des nouveaux cas contre 54% chez les hétérosexuels, principalement nés en Afrique subsaharienne et dont bon nombre ont été infectés en France, selon l'agence Santé publique France.

Pour désigner les hommes qui ont des relations sexuelles uniquement avec des hommes ou qui ont des relations avec des hommes et des femmes, sans tenir compte de la définition qu'ils font de leur orientation sexuelle, l'OMS (organisation mondiale de la santé) a retenu le sigle HSH (homme ayant des rapports sexuels avec des hommes).

"Le nombre de découvertes de séropositivité ne diminue toujours pas chez les HSH contrairement à ce que l'on observe chez les hétérosexuels, hommes ou femmes, qu'ils soient nés en France ou à l'étranger" relève l'agence sanitaire qui souligne que les HSH sont aussi la population la plus touchée par les MST, désormais désignées par le terme IST (infection sexuellement transmissible).

Selon une étude parue dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), une publication de l'agence, la progression des IST a été particulièrement nette chez les HSH : hausse de 100% des infections par le gonocoque, de 56% des syphilis précoces et de 47% des infections bactériennes rectales dites "LGV" (dues à une Chlamydia) entre 2013 et 2015. Plus de 80% des syphilis et près de 70% des gonococcies diagnostiquées en 2015 dans les structures spécialisées ainsi que la quasi-totalité des LGV rectales touchaient les HSH, indique encore l'agence.

Selon les chercheurs, cette explosion des MST chez les HSH est liée à "une augmentation des comportements sexuels à risque" et à la perte de vitesse du préservatif. Même s'il reste très fortement recommandé, il n'est plus "le seul outil de prévention" relèvent-ils.

Le traitement préventif du sida, également appelé prophylaxie pré-exposition (PrEP) peut ainsi être prescrit à l'hôpital depuis fin 2015 aux HSH à risque élevé d'être infectés. Mais ce traitement, contrairement au préservatif, ne protège pas contre des IST comme la syphilis par exemple.

L'agence sanitaire note elle aussi "une utilisation insuffisante du préservatif chez les HSH séropositifs observée dans les études comportementales depuis plusieurs années". Et elle préconise "de mobiliser l'ensemble des outils de prévention", à savoir : le préservatif, le dépistage régulier du VIH, des IST de l'hépatite C ainsi que la PrEP.

Elle déplore l'hésitation des médecins à prescrire des tests de dépistage du VIH en population générale, mais reconnaît des progrès en matière de précocité des diagnostics (39% de tous les cas de séropositivité sont désormais détectés à un stade précoce, chiffre qui atteint 49% chez les HSH).

Comme les années précédentes les trois quarts des 5 millions de sérologies VIH réalisées en France en 2015 l'ont été par des laboratoires de ville, tandis que les tests rapides (ou TROD) proposés par les associations à des populations qui échappent au dépistage (comme les migrants ou certains HSH) se sont stabilisés aux environs de 62.000 l'an dernier, comme en 2014.

Quelque 90.000 autotests de dépistage ont par ailleurs été vendus entre septembre 2015 - date de leur lancement en pharmacie - et septembre 2016.

Sur un plan plus général, le nombre de nouveaux cas d'infections par le VIH est de 89 par million d'habitants, mais avec de très fortes disparités régionales: rapportée au nombre d'habitants, la Guyane est de loin la plus touchée par l'épidémie devant la Guadeloupe et la Martinique.

En 4e position arrive l'Ile-de-France où quelque 2.500 nouveaux cas sont découverts chaque année, soit 42% des découvertes de séropositivité en France alors que la région ne rassemble que 18% de la population française. Les Départements d'Outremer (DOM) représentent pour leur part 3% de la population française.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Le nombre de découvertes de séropositivité ne diminue toujours pas" chez les hommes homosexuels, note l'agence.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-