Urgences: il n'y aura pas de "non prise en charge", assure Braun

Auteur(s)
FranceSoir avec AFP
Publié le 08 juillet 2022 - 10:08
Image
L'unité Covid de l'hôpital de la Timone, à Marseille, le 5 janvier 2022
Crédits
AFP/Archives - Nicolas TUCAT
L'unité Covid de l'hôpital de la Timone, à Marseille, le 5 janvier 2022
AFP/Archives - Nicolas TUCAT

Il n'y aura pas de "non prise en charge" aux urgences, a martelé le nouveau ministre de la Santé François Braun sur France Inter vendredi, précisant que le nouveau dispositif de filtrage pourrait perdurer au-delà de l'été.

"Il n'y aura pas de non prise en charge. Il y a eu beaucoup de choses fausses qui ont été dites (...). Les gens seront pris en charge. Soit en téléphonant préalablement au Samu, c'est ce qu'on recommande puisque cela va permettre d'orienter les gens vers une prise en charge adaptée. Quand ils vont se présenter aux urgences, ils vont être vus par un personnel paramédical qui va pouvoir les orienter", a-t-il indiqué.

"Si c'est un cas qui nécessite une prise en charge, nous avons nos équipes mobiles de réanimation qui vont les prendre en charge à la porte de l'hôpital pour les soigner et les amener vers l'hôpital", a poursuivi le ministre, qui va réunir les directeurs des Agences régionales de santé (ARS) dans la journée.

"Ce filtrage, c'est en fait un objectif de mieux prendre en charge les patients, dans une filière qui est plus adaptée à leur état", a encore dit M. Braun, alors que les services des urgences tirent la sonnette d'alarme sur le manque de personnel et de moyens.

Et ce système pourrait perdurer au-delà de l'été, selon M. Braun: "Toutes les mesures s'accompagnent d'une évaluation de leur efficacité pendant les trois mois d'été. Nous serons amenés à vérifier l'efficacité de ces mesures. Effectivement, si elles fonctionnent, si ça marche, on les prolongera".

Pour discuter du manque de personnel soignant, François Braun réunira la semaine prochaine les représentants des médecins libéraux et hospitaliers "ensemble". "Il faut arrêter de raisonner en silo. L'hôpital d'un côté, la ville de l'autre".

Il s'est dit opposé à l'obligation d'installation des médecins, estimant que "cela ne marche pas, quand on regarde comment ça fonctionne dans d’autres pays qui l'ont testé".

Le nouveau ministre a par ailleurs évoqué la 7e vague de Covid, au moment des départs en vacances, alors que le port du masque est recommandé, mais pas obligatoire.

"Nous sommes à la 7e vague actuellement, il y en aura une 8e, il y en aura probablement une 9e (...). Il faut qu'on apprenne à vivre avec ce virus: c'est reprendre les bons gestes, c'est le lavage des mains, le gel hydroalcoolique, le port du masque quand on est dans des lieux bondés. Je demande aux Français pour ce jour de grand départ en vacances de mettre le masque dans les trains, dans les bus, dans tous les endroits où on est un peu les uns sur les autres", a-t-il insisté.

À LIRE AUSSI

Image
On peut débattre de tout sauf des chiffres
Non, les non-vaccinés ne saturent pas les réanimations
TRIBUNE — Depuis le début du mois de décembre, les médias se sont mis d’accord pour accuser les non-vaccinés de saturer les hôpitaux et en particulier les réanimations...
23 décembre 2021 - 11:22
Opinions
Image
Debriefing Pascal Sacré
Docteur Pascal Sacré : "on parle de la saturation des hôpitaux, mais ils ne font rien pour la diminuer !"
Nous recevons le docteur Pascal Sacré, médecin anesthésiste-réanimateur belge. Suite à certains de ses écrits sur la Covid-19, il a été mis à pied et licencié par son ...
10 décembre 2020 - 17:04
Vidéos
Image
Hôpital Nord-Ouest de Villefranche sur Saone
Saturation des hôpitaux : L’hôpital de Villefranche-sur-Saône tire la sonnette d’alarme
L’Hôpital de Villefranche-sur-Saône est au bord de la saturation, et alerte les pouvoirs publics mais aussi la population pour éviter le pire. Depuis plusieurs jours, ...
25 octobre 2020 - 21:11
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.