Val d'Oise: des infirmières de Pontoise posent nues dans un calendrier pour alerter sur leurs conditions de travail

Val d'Oise: des infirmières de Pontoise posent nues dans un calendrier pour alerter sur leurs conditions de travail

Publié le 22/12/2016 à 12:58 - Mise à jour à 13:09
©Capture d'écran compte Facebook UNSA Santé Sociaux du centre hospitalier René Dubos
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un groupe d'infirmières de Pontoise a posé nue dans un calendrier qui se veut militant: elles souhaitent en effet alerter sur des conditions de travail de plus en plus difficile.

Les calendriers "nus" de fin d’année se multiplient. Mais celui proposé par ces infirmières de Pontoise (Val d’Oise) soutenues par le syndicat Unsa-Santé n’aura pas pour seul but de montrer la plastique de ces dames, ou recueillir des fonds pour la bonne cause. Les professionnelles de santé qui s’effeuillent au fil des mois veulent surtout alerter sur les conditions de plus en plus difficiles dans lesquelles elles exercent leur métier.

La nudité de ces dames n’a donc pas pour seul but de ravir l’œil de l’acquéreur, mais de servir aussi de métaphore de la vision des moyens que l’on donne à la réalisation de leurs missions. La photo de la première page du claendrier est d’ailleurs, à ce tiytre, éloquente: cinq femmes, dos nus, portant collectivement l’inscription "faut-il que l’on se mette à nu pour que vous vous intéressiez à nous?"

Le reste est à l’avenant: l’une des photos représente ainsi une infirmière en train de se préparer une seringue, remplie de café, pour représenter le surmenage. Une autre représente un corps sur un brancard, marquée d’une étiquette où il est inscrit "à combien évaluez-vous votre vie?"

Soutien pour le message ou plaisir de voir ces infirmières dans leur plus simple appareil, malgré les messages choc? Toujours est-il que la première impression de 500 exemplaires a été intégralement écoulée, avec des ventes jusqu’en Suisse et en Belgique.

Visiblement imaginatifs dans les mises en scène percutantes, d’autres agents de Pontoise ont prévu jeudi 22 décembre, de se "jeter" (symboliquement) du haut d'un pont au Port-Cergy. Une "mise en scène métaphorique" du suicide détaille un communiqué publié sur la page Facebook du syndicat, afin d'"avertir les directeurs hospitaliers, les élu(e)s et notre ministre de tutelle, Marisol Touraine, que le désespoir est parfois source des solutions les plus extrêmes"

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au-delà de la dimension esthétique, les infirmières veulent surtout alerter sur leur condition de travail.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-