Révolution dans le stockage de données : les archives nationales encodent de l’ADN !

Révolution dans le stockage de données : les archives nationales encodent de l’ADN !

Publié le 25/11/2021 à 10:15
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Grâce à la biologie moléculaire, on peut désormais encoder des informations sur de l’ADN. Le procédé, relativement simple, permettrait d’assurer la pérennité des données d’un côté et représenterait une solution plus écologique, économique et accessible à tous que le stockage numérique. Les archives nationales ont ouvert la voie en archivant, dans de l’ADN, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, et la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, rédigée par Olympe de Gouges en 1791.

Une procédure qui pourrait révolutionner le support d’information

La donnée numérique binaire (0 ou 1) est transformée en donnée quaternaire (les quatre nucléotides de l’ADN : A,T,C G où A=C=0 et T=G=1 pour un code à 1 bit/base). Un algorithme est chargé de convertir les données et de générer des séquences ADN au format DNA Drive. « La séquence est ensuite stockée, comme dans le vivant, sur de longs fragments d’ADN en double hélice, appelés plasmides ou chromosomes », précise Stéphane Lemaire pour le journal CNRS. Les molécules d’ADN du DNA Drive sont conçues pour être manipulables par des cellules, comme des bactéries, qui ont la possibilité de copier ou d’éditer l’information ainsi encodée. Elles sont également bio-sécurisées afin que l’ADN ne porte aucune information génétique biologiquement significative. Pour lire l’information, il faut récupérer les molécules d’ADN, stockées dans une capsule métallique, et les déposer sur un séquenceur d’ADN nomade (le même dispositif que pour identifier, par exemple, des variants du coronavirus). L’appareil fait aujourd’hui la taille d’une clé USB, se branche sur l'ordinateur, et analyse cet ADN pour décoder l'information.

Un archivage écologique mais cher

"En matière de stockage de données générées, nous vivons à crédit depuis quelques années", alerte Stéphane Lemaire. "Si nous sommes aujourd’hui capables d’en stocker 30 %, sans rupture technologique, ce chiffre pourrait tomber à 3 % dans les prochaines décennies", l’ADN pourrait résoudre ces problèmes, car il peut être conservé à température ambiante sans apport d'énergie. L'ADN pourrait rester stable pendant plus de 50 000 ans. Cependant, la solution n’est pas encore très accessible : alors que le coût de stockage sur un disque dur est de 100 euros par téraoctet, le stockage dans l'ADN s'élève à 1 000 euros par mégaoctet !

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un algorithme est chargé de convertir les données et de générer des séquences ADN.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-