Bug chez Orange: Google et Wikipédia deviennent des sites terroristes

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 17 octobre 2016 - 18:22
Image
Le logo qui apparaît sur les sites bloqués.
Crédits
©Capture d'écran Twitter
Le ministère de l’intérieur peut demander aux fournisseurs d'accès à Internet de bloquer les sites terroristes.
©Capture d'écran Twitter
Une "erreur humaine" lors de l'actualisation par Orange de la liste des sites ayant un lien avec le terrorisme a entraîné la redirection de certains abonnés au fournisseur d'accès vers le site du ministère de l'Intérieur. Google.fr, Wikipédia.org ou OVH.com ont été temporairement recensés comme de tels sites.

Certains utilisateurs d'Orange ont dû être surpris, voire inquiets lorsqu'ils ont voulu surfer sur Internet ce lundi 16 au matin. En effet, en essayant d'afficher la page du moteur de recherche Google.fr, celle de l'encyclopédie en ligne Wikipédia.org, ou encore celle de l'hébergeur OVH.com, ils sont tombés sur un inquiétant message.

"Vous avez été redirigé vers cette page du site du ministère de l'Intérieur car vous avez tenté de vous connecter à un site dont le contenu incite à des actes de terrorisme ou fait publiquement l'apologie d'actes de terrorisme", ont-ils pu ainsi lire. Un piratage? Un "fake"? Non puisqu'il s'agissait bien de la page gouvernementale qui apparait lorsqu'un site terroriste est repéré et bloqué par les autorités.

Ce bug ne vient pas des sites concernés mais d'Orange qui, interrogée par Le Parisien¸ a évoqué "une erreur humaine lors d'une opération technique sur un serveur". Le fournisseur d'accès était en effet en train d'actualiser la liste des sites qui devaient être bloqués en raison de leur contenu en lien avec le terrorisme. Orange assure que le problème n'a duré qu'une heure et a été résolu à 11h25, même si certains clients pouvaient connaître quelques soucis pour se connecter aux trois sites concernés plus tard dans la journée.

Repris sur les réseaux sociaux sous le hashtag #googledown, le phénomène a semble-t-il suscité plus d'amusement que de crispation. D'autant plus que seules les pages d'accueil de Google, Wikipédia et OVH  étaient concernées, et non pas l'ensemble des sites. De plus, la redirection vers la page du ministère de l'Intérieur ne concernait que certains abonnés, d'autres ayant simplement été empêchés d'accéder aux sites. Le moteur de recherche français Qwant, concurrent du géant Google, en a en tout cas profité pour se faire un peu de publicité.

Face à l'évidence du rôle d'Internet dans la radicalisation de nombreux terroristes, le gouvernement avait publié en février dernier un décret permettant d'enjoindre les fournisseurs d'accès de bloquer un site dans les 24 heures. Une soixantaine de sites terroristes ont ainsi été bloqués en 2015, ainsi que 223 sites à caractère pédopornographique.

 

À LIRE AUSSI

Image
Le logo qui apparaît sur les sites bloqués.
Apologie du terrorisme: les cinq premières fermetures de sites internet en France
Cinq sites internet accusés de faire l'apologie du terrorisme ont été fermés par les services du ministère de l'Intérieur. Ce type d'opérations est amené à se reprodui...
17 mars 2015 - 08:19
Politique
Image
Addiction Internet Pornographie
Lutte contre le cyber-djihadisme: une course sans fin
Souvent critiqués pour laisser les djihadistes publier leurs messages, les réseaux sociaux tentent de réagir en supprimant leurs comptes. Mais cette lutte semble parfo...
23 août 2016 - 15:32
Société