Suspendus  : après la réintégration, l’indemnisation  ? Entretien avec Me Nancy Risacher et Me David Guyon

Auteur(s)
Lauriane Bernard, France-Soir
Publié le 26 mai 2023 - 08:54
Image
Me Nancy Risacher et Me David Guyon s'unissent pour assister le personnel soignant et assimilé suspendu en justice
Crédits
FS
Me Nancy Risacher et Me David Guyon s'unissent pour assister le personnel soignant et assimilé suspendu en justice
FS

DEBRIEFING - Nancy Risacher et David Guyon, deux avocats très investis dans la défense des soignants et personnels assimilés suspendus, abordent avec nous la question de leur indemnisation. Au-delà du rappel des salaires, nos invités estiment qu’il découle de leur suspension un certain nombre de préjudices réparables en justice.  

 

« Nous ne sommes pas dans une logique de vengeance, mais dans une logique de réparation » 

« Ce sont des recours qui visent à éviter qu’on considère qu’on efface l’ardoise », explique Me Risacher dans cet entretien. L’avocate, basée à Epinal, précise que pour les salariés suspendus du privé, il y a un délai de deux ans à compter de la suspension avant de pouvoir lancer une demande d’annulation et une action en réparation. Elle compte s’appuyer sur la décision du Conseil de prud'hommes de Nancy rendue le 3 mai dernier pour défendre les demandes.  

Me David Guyon se concentre quant à lui sur la situation des agents publics (soignants ou assimilés) et médecins libéraux. Selon l’avocat, il existe des préjudices financiers et moraux qui peuvent être réparés par l’employeur ou par l’Etat, voire les deux. L’avocat montpelliérain aborde la question du préjudice des salaires et des retraites, mais il peut en exister bien d’autres. Par exemple, explique-t-il, un certain nombre de soignants ont vendu leur maison pour pouvoir continuer à vivre, certains médecins libéraux ont perdu leur patientèle du fait de leur suspension. Il déclare que les demandes indemnitaires se situent entre 30.000 € et 250.000 €, tous préjudices confondus, mais « les démarches en justice ont un coût et demandent de la patience. Tout le monde n’est pas prêt à entamer de telles démarches » reconnait-il.  

Enfin, les deux avocats mettent en garde contre les employeurs qui accusent les suspendus d’abandonner leur poste. Même si ce dispositif est largement facilité depuis peu, il reste encadré par une procédure bien spécifique. S’agissant de la signature d’une rupture conventionnelle, il faut être conscient qu’elle empêche de se retourner contre son employeur.  

À LIRE AUSSI

Image
Me Nancy Risacher
Une décision des Conseils de prud'hommes reconnait que les suspendus avaient le droit de refuser de se faire vacciner. Entretien avec Me Nancy Risacher
Le 3 mai dernier, le Conseil de prud'hommes de Nancy a ordonné la réintégration immédiate avec rappel des salaires d’une personne suspendue. Pour la première fois, une...
10 mai 2023 - 20:10
Vidéos
Image
FS Florence & Sonia des Blouses blanches
"Nos collègues sont réintégrés dans les services les plus lourds", Sonia & Florence de l'association des Blouses Blanches
ENGAGEMENT - En marge du colloque organisé dans la ville de Saintes (Charente-Maritime), à l'occasion de la 100e émission du Conseil Scientifique Indépendant (CSI), or...
22 mai 2023 - 19:45
Vidéos
Image
Me David Guyon
Affaire des convocations de soignants suspendus par la police : l'analyse de Me Guyon
Certains soignants suspendus ont été convoqués par la police. Me David Guyon, un avocat qui représente plus de deux cent cinquante d’entre eux, a accepté, à l’occasion...
28 novembre 2022 - 20:30
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.