"Radioactive": Marie Curie, rebelle et rayonnante (vidéo)

"Radioactive": Marie Curie, rebelle et rayonnante (vidéo)

Publié le 11/03/2020 à 10:09
©StudioCanal
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

SORTIE CINÉ – C'était une femme d'exception, la première à avoir reçu un Prix Nobel, la seule à en avoir reçu deux. Marie Curie (1867-1934), rebelle et passionnée, intelligente et arrogante, indépendante et amoureuse, est incarnée par l'actrice américaine Rosamund Pike dans le film Radioactive, qui sort sur les écrans ce mercredi 11 mars.

Née à Varsovie, la Polonaise Maria Salomea Sklodowska arrive à Paris en 1891, à l'âge de 23 ans, pour y poursuivre ses études de physique. Deux ans plus tard elle y rencontre Pierre Curie (Sam Riley), scientifique chevronné qui, impressionné par ses recherches, l'invite à venir travailler dans son laboratoire et à s'associer avec lui.

Caractère de cochon

Elle a un caractère de cochon mais il tombe sous son charme, il lui fait sa déclaration d'amour, ils se marient en 1895, font du vélo au bord d'une rivière, s'y baignent nus, ont une première fille en 1897 (Irène, qui sera suivie par une seconde en 1904, Ève). Et surtout ils découvrent deux nouveaux éléments, le radium et le polonium, dont ils démontrent la radioactivité, ce qui leur vaut le Prix Nobel de physique en 1903, partagé avec Henri Becquerel pour ses travaux sur un autre élément radioactif, l'uranium.

Lire aussi:

> Marie Curie: découvrir la femme moderne derrière le mythe

> Marie Curie vue par ses petits-enfants

Mais en 1906 Pierre Curie meurt dans un accident, renversé par une voiture à cheval. Très affectée par ce deuil, Marie Curie continue pourtant ses travaux et entame une histoire d'amour avec son collègue Paul Langevin, et cette liaison avec un homme marié déclenche un scandale dans la presse. C'est dans ce climat polémique qu'elle reçoit en 1911 son second Prix Nobel, celui de chimie. Avant de continuer ses recherches et de s'impliquer, avec sa fille Irène, dans l'aide aux blessés de la guerre 14-18 avec sa machine aux rayons-X…

C'est le cinquième film de Marjane Satrapi, 50 ans, réalisatrice franco-iranienne qui s'était fait connaître comme dessinatrice au début des années 2000 par sa bande dessinée Persepolis, dans lequel elle racontait son enfance entre l'Iran des ayatollah et l'Europe où elle réside depuis un quart de siècle, et qu'elle a adaptée au cinéma en 2007.

Dans Radioactive, elle raconte à la fois la vie privée mouvementée de Marie Curie et l'évolution de ses travaux scientifiques, et son opiniâtreté à trouver des financements pour ses recherches et à s'imposer dans un monde scientifique très majoritairement masculin.

Conséquences positives et négatives

L'originalité du film sont les rappels, sous forme de séquences décalées, à intervalles réguliers et au générique de fin, des conséquences à la fois positives et négatives qu'ont eues, tout au long du XXe siècle, les découvertes sur l'atome et la radioactivité: Hiroshima 1945, la première bombe atomique utilisée contre des populations civiles; Cleveland 1957, les rayons-X pour tenter de guérir le cancer; Nevada 1961, une série d'essais nucléaires américains; Tchernobyl 1986, la catastrophe de la centrale nucléaire.

Une dizaine de films et téléfilms

Depuis 1943 la vie de Marie Curie a fait l'objet d'une dizaine de films ou téléfilms, français et étrangers, avec des actrices comme Marie Dubois, Marie-Christine Barrault ou Isabelle Huppert dans le rôle de la scientifique. Le dernier en date de ces biopics est tout récent: Marie Curie, film franco-polonais de la réalisatrice française inconnue Marie Noëlle sorti en janvier 2018, avec l'actrice polonaise tout aussi inconnue Karolina Gruszka.

Le film donnait une place plus importante à la vie privée de Marie Curie, dont le personnage apparaissait sous un jour plus sympathique. Dans Radioactive, Marjane Satrapi n'a pas hésité à souligner le mauvais caractère, l'intransigeance, l'autoritarisme de la scientifique, ce que transmet à l'écran une Rosamund Pike habituée aux rôles à caractère fort, comme Jack Reacher (2012), Gone Girl (2014) ou plus récemment Opération Beyrouth (2018).

Lire les critiques:

> Marie Curie: portrait d'une femme radieuse (vidéo)

> Opération Beyrouth: profession négociateur (vidéo)

La réalisatrice n'en fait pas pour autant une militante féministe: "Je ne pense pas que Marie ait jamais eu le moindre complexe vis-à-vis des hommes. Je pense qu’elle savait qu’elle était leur égale, qu’elle leur était même supérieure bien souvent. Mais elle ne revendiquait pas le fait qu’elle était une femme. Dans une de ses lettres, elle écrit qu’elle a toujours davantage souffert d’un manque de financement pour ses travaux que de sa condition de femme. Les années 1900 étaient d’ailleurs plutôt un moment d’émancipation pour les femmes".

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les époux Marie et Pierre Curie (Rosamund Pike et Sam Riley) ont obtenu le Prix Nobel de physique en 1903 pour leurs travaux sur la radioactivité du radium et du polonium.

Fil d'actualités Culture