Benjamin Griveaux: avec 7.900 euros de revenu, il assure être forcé de rester locataire

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Benjamin Griveaux: avec 7.900 euros de revenu, il assure être forcé de rester locataire

Publié le 17/01/2019 à 17:00 - Mise à jour à 17:32
© ludovic MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Benjamin Griveaux a répondu mercredi à une interview du média vidéo Brut. Il a expliqué que ses revenus, qu'il reconnaît confortables, ne lui permettent cependant pas d'acheter un logement à Paris.

Il a accordé une longue interview vidéo à Brut (voir ici) dont l'une des déclarations pourrait s'avérer polémique. Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement est revenu sur plusieurs questions de l'actualité, dont les gilets jaunes, la politique fiscale du gouvernement, le niveau de vie des élus et sa situation personnelle. Sur ce dernier point, il a fait un aveu surprenant. Il a expliqué en effet être locataire car les prix de l'immobilier à Paris sont trop élevés pour lui permettre d'acquérir un appartement.

"Je gagne très bien ma vie. Je ne vais pas me plaindre, c'est formidable" admet-il expliquant toucher 7.900 euros net par mois pour ses fonctions politiques. Cependant, il assure que cela ne lui permet pas d'accéder à la propriété, lui qui n'a "pas hérité" et n'a "pas d'argent caché".

Benjamin Griveaux conteste également une mesure qui revient régulièrement chez les gilets jaunes, celui d'un plafonnement (à un niveau assez bas qui plus est) des revenus qu'il serait possible de tirer de la politique. "Vous n'aurez comme élus que des gens qui ont beaucoup d'argent au départ, et ça c'est très malsain pour la démocratie" assure-t-il.

Lire aussi - Grand débat : "aller partout" et "n'oublier personne" dit Griveaux

Le porte-parole du gouvernement s'essaie aussi à un argument risqué déjà entendu dans la bouche d'autres hommes politiques, y compris dans l'actuelle majorité (voir ici), celui d'un engagement politique qui n'est pas vénal car nettement moins rémunérateur que la précédente carrière. Benjamin Griveaux explique ainsi qu'avant de se lancer aux côtés d'Emmanuel Macron, il touchait "deux fois et demi" plus d'argent dans le privé lorsqu'il était, de 2014 à 2016, directeur de la communication et des affaires publiques d'Unibail-Rodamco, une société spécialisé dans l'immobilier commercial. Reste à savoir si les propos de Griveaux, parfois taxé de mépris (notamment pour les "gars qui fument des clopes et roulent au diesel") fera mouche alors que la contestation des gilets jaunes continue semaine après semaine. Le 5 janvier, des manifestants avait même défoncé les portes de son ministère avec un engin de chantier entraînant l'évacuation du porte-parole.

Voir aussi:

"Sa porte est sacrée?": quand Mélenchon raille Griveaux 

Griveaux: les "gilets jaunes sincères ne peuvent pas servir de boucliers humains" 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Benjamin Griveaux explique être locataire à cause des prix trop élevés de l'immobilier.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-