Macron à Calais: la dure réalité du terrain pour les réfugiés (vidéos)

"Dignité fondamentale de chacun"

Macron à Calais: la dure réalité du terrain pour les réfugiés (vidéos)

Publié le :

Mardi 16 Janvier 2018 - 11:45

Mise à jour :

Mardi 16 Janvier 2018 - 12:08
Alors qu'Emmanuel Macron se déplace à Calais ce mardi, des associations de soutien aux réfugiés dénoncent la destruction systématique des affaires qui leur sont prêtés pour résister au froid par la police. Cela même alors que le président doit délivrer un message d'exemplarité aux forces de l'ordre.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Emmanuel Macron se déplace ce mardi 16 à Calais, ville devenue le symbole de la crise des réfugiés en France. Le président de la République va rencontrer des élus, des associations et des forces de l'ordre à Calais pour tenter d'améliorer dans la durée la situation des demandeurs d'asile et des habitants de la commune.

Une visite importante qui intervient alors que le gouvernement planche sur un projet de loi particulièrement controversé qui doit réformer la politique migratoire française.

Voir également: Macron attendu à Calais, ville symbole de la crise migratoire

Selon l'Elysée, le chef de l'Etat va s'entretenir avec les forces de l'ordre sur place et "va leur dire de manière très claire qu'il faut qu'elles soient exemplaires dans leurs interventions". En effet, l'attitude des policiers et gendarmes mobiles déployés sur place est particulièrement critiquée par les associations d'aide aux migrants qui estiment qu'elles se livrent à un véritable harcèlement contre ces derniers.

Ainsi, l’Auberge des migrants et le Secours catholique ont annoncé lundi 15 avoir déposé plainte contre X pour destruction et dégradation de biens. Depuis plusieurs mois des vidéos amateurs tournées par des migrants ou des bénévoles associatifs montrent les forces de l'ordre s'en prendre volontairement aux biens des réfugiés, détruisant tentes, abris de fortune, sac de couchages et autres duvets alors que les températures sont très basses en cette période.

L’Auberge des migrants et le Secours catholique précisent que "les personnes exilées ne peuvent se défendre contre ces destructions ou confiscations. Ils et elles n'osant pas porter plainte devant les mêmes autorités que celles ayant détruit leurs biens".

Au printemps dernier, la mairie de Calais avait d'ailleurs pris un arrêté interdisant la distribution de repas et d'eau aux migrants. La police était donc intervenue pour bloquer ces distributions a plusieurs reprises avant que la justice n'ordonne la suspension de ces arrêtés estimant qu'ils contrevenaient "à la satisfaction par les migrants de besoins élémentaires vitaux au droit à ne pas subir des traitements inhumains et dégradants".

Lire aussi - Calais: la justice ordonne la suspension des arrêtés de la mairie interdisant la distribution de repas aux migrants

Au cours de sa visite, Emmanuel Macron ne devrait pas s'exprimer en détail sur le projet de loi asile-migration que Gérard Collomb doit présenter courant février en conseil des ministres. Le ministre de l'Intérieur a réaffirmé dimanche 14 qu'il n'était "pas question" de changer l'orientation du projet de loi, qui est "totalement équilibré".

Des associations de soutient aux réfugiés dénoncent la destruction systématique des affaires des migrants.

Commentaires

-