"Pied de nez", "calomnies" et "plaisanterie": les approximations de Mélenchon et d'une députée LFI

"Pied de nez", "calomnies" et "plaisanterie": les approximations de Mélenchon et d'une députée LFI

Publié le :

Vendredi 19 Octobre 2018 - 18:47

Mise à jour :

Vendredi 19 Octobre 2018 - 19:02
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Victor Lefebvre

-A +A

Pour dénoncer la vacuité du dossier des assistants parlementaires européens, Jean-Luc Mélenchon a affirmé qu'il reposait sur une "plaisanterie" de l'eurodéputée Sophie Montel. Elle aurait même reconnu l'aspect "calomnieux" des signalements qui ont lancé l'affaire, selon la députée LFI Caroline Fiat. Une analyse au mieux abusive qui s'ajoute à une erreur, reconnue par l'élue, selon laquelle Jean-Guy de Chalvron aurait lui aussi avoué des calomnies dans l'affaire des comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon.

Jean-Luc Mélenchon a sévèrement critiqué ce vendredi 19 les deux personnes à l'origine des affaires visant la France insoumise: l'ex-rapporteur à la commission des comptes Jean-Guy de Chalvron, qui a signalé les comptes de campagne suspects, et Sophie Montel, ex-FN qui a levé le voile sur l'affaire des assistants parlementaires européens.

Jeudi 18, la députée LFI de Meurthe-et-Moselle Caroline Fiat montait également au créneau pour défendre son mouvement et son leader. Elle a de la même manière discrédité la valeur des propos de Jean-Guy de Chalvron et Sophie Montel.

Voir: Mélenchon demande "l'annulation des perquisitions" ayant visé LFI

Interrogée par Franceinfo, elle a assuré que ces accusations ont été "avouées comme calomnieuses par les personnes qui les avaient lancées". Jean-Guy de Chalvron et Sophie Montel auraient donc reconnu avoir menti? Pourtant, les récentes déclarations de l'un comme de l'autre ne laissent pas entendre un revirement de position.

Contactée par France-Soir ce vendredi, la députée a reconnu immédiatement avoir commis une erreur en incluant Jean-Guy de Chalvron dans son propos. Seule Sophie Montel serait revenue, selon elle, sur la véracité de ses déclarations. "Elle a dit concernant Jean-Luc Mélenchon que c'était «un pied de nez à la justice»", rappelle l'élue de Meurthe-et-Moselle. Jean-Luc Mélenchon lui-même avait cité cette expression de Sophie Montel pour démontrer que toute cela reposait sur une "plaisanterie".

Une interprétation au mieux abusive de ces propos. L'ancienne eurodéputée a toujours assuré avoir effectué ces signalements pour dénoncer le "deux poids, deux mesures" dans l'enquête du Parlement européen. Il s'agissait pour elle de démontrer que le FN était le seul mis en cause pour une pratique pourant répandue dans tous les partis (des eurodéputés EELV, PS, MoDem, et LR ont également été mis en cause). Mais elle n'a jamais reconnu avoir "calomnié" qui que ce soit ou "dit des bêtises", comme le laisse entendre Caroline Fiat.

Voir: Eurodéputés: pas "une dénonciation" mais "un signalement", assure Montel

Interrogée ce vendredi par le JDD sur l'utilisation faite de sa phrase, elle a répondu: "C’est une technique facile quand on veut discréditer son adversaire : on prend un bout de phrase dans une déclaration et on le tourne à sa sauce. J’ai 30 ans de vie politique derrière moi et je n’ai pas pour réputation d’être quelqu’un de farfelue. (...) Et lorsque j’ai dit qu’il s’agissait d’un «pied de nez», c’est évidemment en direction du Parlement européen. Je ne me suis pas levée un matin en me disant, «tiens je vais m’amuser à signaler des élus!»".

Pour la défense de La France insoumise, on notera que Sophie Montel considère que ces pratiques étaient légales et que donc ni elle, ni Jean-Luc Mélenchon, ni la quinzaine d'autres eurodéputés signalés ne devraient être inquiétés. Ce qui n'a pas empêché Jean-Luc Mélenchon de déposer plainte contre elle pour "dénonciation calomnieuse". Sévère mesure contre une "plaisanterie".

Jean-Luc Mélenchon comme Caroline Fiat ont-il sincèrement cru que Sophie Montel reconnaissait par ce "pied-de-nez" l'aspect "calomnieux" de ses déclarations? Telle est la différence entre l'erreur de bonne foi et la "fake news". Mais pour ceux qui ont entendu leurs déclarations et cru à cette "interprétation", le résultat est le même.

Lire aussi:

"Sacré", Chikirou, enquête secrète, facturation: les intox de Jean-Luc Mélenchon

Mélenchon dénonce "une nouvelle campagne d’affabulations"

Auteur(s): Victor Lefebvre

PARTAGER CET ARTICLE :


Jean-Luc Mélenchon et Caroline Fiat ont eu une interprétation particulière des propos de Sophie Montel.

Commentaires

-