Libye: 279.000 enfants privés d'école à cause du conflit

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Libye: 279.000 enfants privés d'école à cause du conflit

Publié le 25/07/2016 à 17:02
©Hosam Turkia/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Un rapport de l'ONU paru lundi alerte sur la question de la scolarisation des enfants dans une Libye en plein chaos. Avec des écoles détruites, réquisitionnées ou trop dangereuses à fréquenter, ce sont près de 280.000 enfants qui ne peuvent plus s'instruire.

Quelque 279.000 élèves ne peuvent pas être scolarisés en Libye, un pays en proie à l'instabilité politique et sécuritaire, a déploré ce lundi 25 l'ONU dans un rapport. "Les statistiques récemment publiées par le ministère libyen de l'Education donnent une image alarmante de l'accès au système éducatif", a indiqué le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (BCAH).

"Un total de 558 écoles en Libye sont considérées comme non opérationnelles, affectant la scolarité d'environ 279.000 élèves", selon le rapport du BCAH. Ces écoles ont été fermées, selon l'étude, "à cause de dégradations partielles ou totales résultant des combats".

Dans certaines villes du pays comme celle de Benghazi, "des établissements ont été transformés en centre pour les déplacés, empêchant donc les écoliers de s'y rendre", ajoute le rapport. Située à 1.000 km à l'est de Tripoli, Benghazi est depuis près de deux ans le théâtre d’affrontements sanglants entre les forces de sécurité et des djihadistes, notamment ceux du groupe Etat islamique (EI).

Ses écoles ont fermé à la mi-2014, certaines ont été endommagées par les combats quand d'autres sont devenues des refuges pour les civils ayant fui les violences. En décembre 2015, environ un tiers des 254 écoles de la ville avaient rouvert.

Plus à l'ouest, la ville côtière de Syrte a perdu plus de trois quart de sa population après sa prise de contrôle en mai 2015 par l'EI, selon le même rapport. Depuis avril-mai dernier, 35.000 personnes ont fui la ville alors que les forces du gouvernement d'union nationale (GNA) tentent de la reprendre aux djihadistes. La majorité d'entre-elles tentent de trouver refuge dans des villes de l'ouest comme Bani Walid ou Misrata, a indiqué le rapport.

Ces villes peinent toutefois à leur fournir une assistance, à mesure que le nombre de déplacés augmente. "L'eau et la situation des installations sanitaires (...) se détériorent rapidement et les hôpitaux manquent de lits et de matériel médical nécessaire au nombre grandissant de patients".

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est livrée aux milices armées et minée par des luttes de pouvoir et des violences qui ont favorisé la montée en puissance des djihadistes de l'EI.

Le gouvernement d'union, issu d'un accord parrainé par l'ONU, s'est récemment installé dans le centre de Tripoli mais peine à asseoir son autorité à l'échelle de tout le pays.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Un total de 558 écoles en Libye sont considérées comme non opérationnelles", selon le rapport de l'ONU.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-