Gard: une école nîmoise fermée après une série d'allergies inexpliquées

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 19 janvier 2018 - 10:14
Image
La cour d'appel de Paris a de nouveau annulé vendredi les mises en examen des responsables nationaux
Crédits
© JEAN-PIERRE MULLER / AFP/Archives
L'école Léo Rousson à Nîmes dans le Gard a fermé jeudi et vendredi à cause d'une série d'allergies qui ont touché des enfants.
© JEAN-PIERRE MULLER / AFP/Archives
Alors qu'un chantier de désamiantage est en cours, l'école Léo Rousson à Nîmes dans le Gard a dû fermer jeudi et vendredi suite à une série de mystérieuses allergies, qui ont touché les élèves et quelques enseignants. Des analyses sont en cours mais l'amiante n'est pour l'heure pas la cause de ces allergies.

Plus de 340 écoliers n'ont pas pu accéder jeudi 18 et ce vendredi 19 à leur établissement, fermé pour raison sanitaire, à Nîmes dans le Gard. Une mystérieuse série d'allergies (irritations cutanées, plaques rouges, boutons…) sévit depuis peu au groupe scolaire Léo Rousson, qui accueille les enfants en maternelle et en élémentaire.

Quinze enfants et six enseignants ont en effet vu apparaître lundi 15 sur leur peau des plaques suspectes selon une information de France 3 Occitanie. La mairie a été alertée et a donné l'ordre de procéder à toutes les vérifications possibles. En attendant la réouverture, les élèves ont été répartis dans d'autres établissements de la ville et ceux qui le pouvaient sont restés chez eux.

Des analyses de l'air sont en cours et les premiers résultats n'ont rien révélé de dangereux. "Les résultats révèlent de faibles traces de benzène utilisé dans des solvants mais sans être de nature à provoquer de fortes réactions. L’ensemble des personnels, agents d’entretien et même riverains (chantier sur le domaine public) interrogés pour connaître d’éventuels changements dans les pratiques ou travaux sur le secteur n’a pas donné d’informations", a expliqué la mairie dans un communiqué.

Lire aussi: allergies - alerte rouge aux ambroisies en Auvergne-Rhône-Alpes, orange en Centre-Val de Loire

Ajoutant aussi que "les classiques causes de ce type de situation ont été interrogées de principe (chenilles processionnaire, plutôt mars/avril), ambroisie (août/octobre), Cupressacées pouvant être impliqués dès janvier (cyprès)". Mais les résultats de ces analyses précisément sont tous revenus négatifs.

Les parents d'élèves sont très inquiets et se demandant si ce n'est pas en lien avec le chantier de désamiantage qui est en cours dans des bâtiments mitoyens à ceux de l'école.

Mais pour l'heure, ce vendredi matin, la mairie a démenti les spéculations sur une mise en cause de l'amiante. "Nous ne connaissons pas encore les raisons de ce phénomène allergique", martèle le communiqué officiel.

À LIRE AUSSI

Image
La police de proximité est l'objet de sentiments contrastés au sein de la police
Nîmes: à 17 ans elle était séquestrée et torturée par sa famille
Une jeune fille de 17 ans a vécu un calvaire durant trois jours avant d'être retrouvée par les policiers et gendarmes à Saint-Géniès-de-Malgoirès, près de Nîmes dans l...
11 novembre 2017 - 16:31
Société
Image
Un camion de pompier.
Nîmes: une jeune maman et ses deux bébés tués dans un accident de voiture après un mariage
Une famille qui rentrait d'un mariage a été impliquée dans un terrible accident de voiture ce dimanche matin, à Nîmes (Gard). Une mère et ses deux bébés ont été tués s...
05 novembre 2017 - 13:30
Société
Image
La base d'avions de la Sécurité civile de Nîmes-Garons (Gard), dans le sud de la France, le 29 août
Nîmes: des pompiers du Gard en grève depuis deux semaines
Deux semaines après le lancement de leur mouvement de protestation, des pompiers du Gard campaient toujours lundi devant les grilles de la préfecture à Nîmes pour récl...
06 novembre 2017 - 20:50
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don