Le père abusait de sa fille: "Pourquoi n'a-t-elle rien dit, on en aurait parlé"

Le père abusait de sa fille: "Pourquoi n'a-t-elle rien dit, on en aurait parlé"

Publié le :

Jeudi 25 Octobre 2018 - 13:39

Mise à jour :

Jeudi 25 Octobre 2018 - 14:03
Un tribunal correctionnel de Haute-Loire a jugé un ouvrier de 49 ans pour des caresses incestueuses sur sa fille quand celle-ci avait 16 ans. L'homme reconnaît les faits mais ne parvient pas à les justifier.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

C'était le procès de l'inconscience manifeste et de l'absence d'empathie qui s'est déroulé devant un tribunal correctionnel de Haute-Loire. Comme le rapporte le mercredi 24 le journal local L'Eveil de Haute-Loire, un ouvrier du secteur de la plasturgie de 49 ans, résidant à Saint-Didier-en-Velay, comparaissait pour des actes d'agression sexuelle sur sa propre fille. La victime présumée est aujourd'hui âgée de 29 ans. Elle aurait subi les caresses perverses de son père quand elle avait 16 ans. Devenue mère, la jeune femme a décidé de porter plainte.

A la barre, l'homme ne parvient pas à expliquer son dérapage vers les gestes coupables. Vivant une crise de couple avec son épouse, l'accusé fréquente les boîtes de nuit, s'alcoolise, fume du cannabis. Sa fille de 16 ans, comme de nombreuses adolescentes de son âge a un petit ami. Le père les épie. Et un jour, il passe à l'acte. Des caresses salaces dans la chambre parentale. "Je ne comprends pas… J'aimerais mettre une image…" lance évasivement le prévenu pour justifier ce geste. Avant de lâcher un bien étrange regret: "Mais pourquoi n'a-t-elle rien dit pendant toutes ces années, on en aurait parlé…"

Voir aussi - Inceste et films pornographiques: le calvaire de deux sœurs

La jeune femme est ressortie traumatisée par cet acte et a coupé tout contact avec son père, mais aussi avec sa mère qui n'a pas cru à son histoire alors que la jeune fille voulait trouver en elle une main secourable. La victime accuse aussi son père de lui avoir proposé des relations sexuelles. Cet élément du dossier est nié par le quadragénaire qui n'admet que les attouchements.

Décrit par les experts psychiatres comme ayant une "personnalité pauvre", l'homme n'en dira pas plus. Le ministère public a requis contre l'accusé une peine de 12 mois de prison dont huit avec sursis et deux ans de mise à l'épreuve. Verdict le 13 novembre.

Lire aussi:

Inceste, pédophilie et proxénétisme: un couple devant le tribunal de Coutances

Inceste et fellations forcées: les 2 petits garçons abusés par le père, la mère et la grand-mère

L'accusé était poursuivi pour avoir abusé de sa fille alors qu'elle avait 16 ans.


Commentaires

-