Rennes: un harceleur condamné pour avoir volé 250 petites culottes et soutiens-gorge

Rennes: un harceleur condamné pour avoir volé 250 petites culottes et soutiens-gorge

Publié le :

Mercredi 19 Juin 2019 - 16:27

Mise à jour :

Mercredi 19 Juin 2019 - 16:33
© LOIC VENANCE / AFP
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un homme de 51 ans a été condamné à neuf mois de prison dont cinq avec sursis mardi 18 par le tribunal correctionnel de Rennes. Il a reconnu avoir volé quelque 250 petites culottes et soutiens-gorge à plusieurs victimes en entrant par effraction chez elles.

Un quinquagénaire était jugé mardi par le tribunal correctionnel de Rennes pour avoir volé des centaines de sous-vêtements chez des femmes en entrant par effraction chez elles.

Tout a débuté en décembre dernier. Le prévenu a par hasard rencontré une ancienne camarade de classe.

Certainement amusée de le retrouver, la victime lui a alors donné son numéro de téléphone. Mais l'homme a commencé à la harceler, jusqu'à tenter de la contacter en pleine nuit.

Au total: il a ainsi effectué 500 appel et SMS. Mais comme le souligne Ouest-France, le harceleur ne s'est pas arrêté là et a entrepris de surveiller le domicile de sa victime, lui laissant régulièrement des mots d'amour.

Avoir aussi: Avignon: jugé pour avoir arraché la culotte d'une femme

Un jour enfin, l'homme a réussi à se procurer les clés de sa victime. A trois reprises, il est alors entré par effraction à son domicile pour y voler deux dizaines de sous-vêtements.

La victime a finalement porté plainte auprès des forces de l'ordre et changé de numéro ainsi que de serrures.

Au domicile du harceleur, les gendarmes ont alors découvert une importante collection de sous-vêtements féminins dérobés: 119 soutiens-gorge et 123 culottes.

L'homme, qui est d'ailleurs marié, a alors avoué qu'il avait fait une autre victime en 2017. Son casier judiciaire faisait d'ailleurs mention de quatre vols de sous-vêtements.

Le prévenu a ainsi écopé d'une peine de neuf mois de prison dont cinq avec sursis.

L'avocate de la plaignante qui a aussi porté plainte pour harcèlement a souligné pendant l'audience que le harceleur continuait à observer sa cliente, malgré son placement sous contrôle judiciaire.

La défense a de son côté assuré que le contrôle judiciaire avait été respecté et a demandé une expertise médicale pour le harceleur. "Ce n’est pas vraiment de la cleptomanie, c’est plus près du fétichisme, mais nous ne sommes pas médecins".

A lire aussi:

Un pédophile condamné pour viol sur une fillette de 2 ans en couche-culotte

Madonna réussit à faire annuler une vente aux enchères de ses culottes usagées et d'objets intimes

Un homme a été condamné à de la prison ferme pour avoir volé 250 culottes et soutiens-gorge.


Commentaires

-