Alcoolisme: le Baclofène serait réellement efficace pour traiter la dépendance

Alcoolisme: le Baclofène serait réellement efficace pour traiter la dépendance

Publié le :

Dimanche 04 Septembre 2016 - 16:06

Mise à jour :

Dimanche 04 Septembre 2016 - 16:09
©Serge Pouzet/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Détourné de son usage initial, le Baclofène a prouvé qu’il pouvait être utile dans le traitement de l’alcoolisme. Deux études, présentées ce week-end à Berlin à l'occasion du congrès mondial d'addictologie, viennent de confirmer son efficacité.

Prescrit depuis mars 2014 dans le traitement de l'alcoolisme, le Baclofène a souvent fait l'objet de nombreuses interrogations quant à sa réelle efficacité. Mais ça c'était avant. Deux études, présentées ce week-end à Berlin à l'occasion du congrès mondial d'addictologie, viennent de confirmer les vertus de ce médicament.

La première, baptisée Alpadir, a été réalisée auprès de 320 patients, dont 158 sous Baclofène et 162 sous placebo. Conduite par Michel Reynaud, professeur en addictologie à l’hôpital Paul Brousse, elle a porté sur l’efficacité de la molécule, prescrite jusqu’à 180 grammes/jour, dans le maintien de l'abstinence. Grâce à elle, les chercheurs ont conclu que le Baclofène n'était pas un médicament miracle mais qu'il permettait de réduire significativement sa consommation d'alcool. A l’hôpital, un patient sur deux est passé de 9 à 4 verres par jour. Quant aux très gros buveurs, ils sont passés de 12 à 3 verres par jour. Pour le professeur Reynaud, "ce médicament apporte un plus dans l'arsenal thérapeutique".

La deuxième étude, baptisée Bacloville, a été coordonnée par Philippe Jaury, professeur de médecine générale à l'université Paris Descartes. Elle avait pour objectif de confirmer la sûreté du médicament prescrit à de fortes doses mais aussi de sa capacité à faire baisser la consommation d'alcool des patients. Concrètement, 56,8% des patients ont atteint l'abstinence ou une consommation jugée "médicalement correcte" (quatre verres par jour) en un an. Plus surprenant encore: 36,5% des personnes sous placebo sont parvenus au même résultat. Toutefois, "les analyses portant sur la tolérance et l'innocuité du traitement n'ont pas encore été effectuées", a indiqué l'AP-HP dans un communiqué.

Détourné de son usage initial, le Baclofène est à l'origine un décontractant musculaire. Ces derniers temps, de nombreux alcooliques y ont eu recours, espérant mettre fin à leur addiction. Car chaque année, 49.000 décès en France sont imputés à l'alcool. Seulement voilà: s'il s'avère efficace d'après les deux études présentées ce week-end, le Baclofène présente toutefois des effets secondaires comme la somnolence, les vertiges et les insomnies. 

 

Lors de ces essais cliniques, une diminution importante du "craving" (l'envie irrésistible de boire) a été constatée chez les participants.


Commentaires

-