Le paracétamol augmenterait les risques d'AVC

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Le paracétamol augmenterait les risques d'AVC

Publié le 03/03/2015 à 11:52 - Mise à jour à 12:19
©Flickr Creative Commons
PARTAGER :

Auteur(s): VL

-A +A

Une étude britannique publiée lundi 2 mars met en garde contre l'utilisation abusive du paracétamol. Réputé bénin, ce composé pourrait, à haute dose, causer des problèmes cardio-vasculaires, gastro-intestinaux ou rénaux.

L'automédication n'est pas à prendre à la légère. Parmi les médicaments les plus utilisés, le paracétamol figure en bonne place dans toutes les armoires à pharmacie sous le nom de Doliprane, Efferalgan ou Dafalgan, ou encore dans des médicaments contre les états grippaux.

Sans danger ou presque lorsqu'il est utilisé à des doses ou pour des durées raisonnables, son abus présenterait des risques d'accidents cardio-vasculaires (AVC) ou d'ulcères. Les personnes ne consommant pas de paracétamol auraient également moins de risques d'avoir des problèmes rénaux.

Cette conclusion résulte d'une étude britannique publiée dans la revue médicale Annals of the rheumatic diseases. Elle compile les résultats de huit recherches précédentes sur le sujet. Il en résulte que la prise de paracétamol peut augmenter les risques de maladies cardio-vasculaires de 20%. Toutefois, pas de quoi s'inquiéter lorsqu'il s'agit de soigner un mal de crâne passager. Mais l'étude met en garde contre l'utilisation abusive de ce composé.

La réputation de médicament bénin, toujours délivré sans ordonnance, conduirait en effet certains malades à en consommer à long terme, contrairement aux indications thérapeutiques. Le paracétamol ne doit en effet pas être consommé pendant plus de quelques jours, une semaine maximum. Et cela à raison de 3 comprimés de 1.000 milligrammes ou 6 de 500 milligrammes chaque jour.

Les conclusions de l'étude ont été envoyées aux médecins généralistes britanniques, avec la recommandation d'effectuer un examen systématique de l'efficacité du médicament et d'envisager des traitements alternatifs. Il est également recommandé de ne pas ajouter à une prise abusive de paracétamol la consommation d'autres anti-douleurs, anti-inflammatoires ou d'alcool.

 

 

Auteur(s): VL


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Présent dans de nombreux médicaments disponible sans ordonnance, le paracétamol présenterait des risques.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-