Accord post-Brexit: les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer soulagés

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Accord post-Brexit: les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer soulagés

Publié le 25/12/2020 à 14:01 - Mise à jour à 14:02
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Lille

-A +A

Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), premier port de pêche français, sont très soulagés de l'accord post-Brexit conclu entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, selon le président du comité régional des pêches des Hauts-de-France.

"C'est un gros soulagement pour les pêcheurs. C'est un accord gagnant-gagnant. On va perdre un peu des quotas, c'est embêtant mais ce n'est pas la mort, ce n'est pas dramatique non plus", a déclaré vendredi à l'AFP Olivier Leprêtre. "Les Britanniques peuvent continuer à exporter dans l'Union européenne, et Capécure (premier centre européen de transformation des produits de la mer) va pouvoir continuer à travailler avec les importations britanniques".

Selon l'agglomération du Boulonnais, 900 marins travaillent à Boulogne, sur plus de 100 navires. En 2019, la production des navires s’est élevée à 31.538 tonnes toutes flottilles confondues pour un chiffre d’affaires de 80,3 millions d’euros et plus de 70 espèces de poissons, crustacés et céphalopodes sont vendues en criée.

Au total, la filière emploie 5.000 salariés directs.

"L'inquiétude première de tous les pêcheurs des Hauts-de-France, mais aussi de la filière, c'était qu'on n'ait plus accès aux eaux anglaises. Là c'est pas le cas", a abondé sur France 3 Hauts-de-France Stéphane Pinto, vice-président du comité.

L'accord post-Brexit prévoit une période de transition jusqu'à l'été 2026 pour renoncer à 25% des captures européennes, qui s'élèvent en valeur à environ 650 millions d'euros par an, et la renégociation annuelle prévue au terme de cette période.

Le ministère de la Mer a dévoilé jeudi soir un plan d'accompagnement, assurant que pêcheurs et mareyeurs "pourront bénéficier d'une aide forfaitaire pouvant aller jusqu'à 30.000 euros en fonction de leur dépendance aux produits capturés dans les eaux britanniques".

Auteur(s): Par AFP - Lille


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des bateaux de pêche bloquent le port de Boulogne-sur-Mer le 25 janvier 2018

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-