Déclaration d'intérêts: Delevoye condamné à quatre mois de prison avec sursis

Déclaration d'intérêts: Delevoye condamné à quatre mois de prison avec sursis

Publié le 02/12/2021 à 19:57 - Mise à jour à 20:06
© DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

L'ancien haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye a été condamné jeudi à Paris à quatre mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende pour ne pas avoir déclaré plusieurs mandats à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, a-t-on appris de sources concordantes.

M. Delevoye a été jugé lors d'une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).

Le tribunal correctionnel de Paris, qui a homologué la peine, n'a pas prononcé de peine d’inéligibilité à son encontre et l'a dispensé d'une inscription à son casier judiciaire.

"C'était une audience dans le cadre de laquelle M. Delevoye a pu dire qu'il assumait sa responsabilité dans les faits qui lui étaient reprochés", a commenté auprès de l'AFP son avocate, Me Marion Delaigue. "Tant la présidente du tribunal que le procureur ont reconnu la bonne foi de M. Delevoye qui n'a cherché ni à se dérober ni à frauder", a-t-elle souligné.

Le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire en décembre 2019 pour "abus de confiance", "abus de biens sociaux" et recels de ces délits, après avoir été saisi par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Elle avait signalé sa déclaration d'intérêts incomplète et un possible "recel d'abus de bien sociaux" pour avoir cumulé sa rémunération gouvernementale avec celle de président du think tank Parallaxe.

Face à la cascade de révélations de presse sur ses activités parallèles, Jean-Paul Delevoye avait démissionné du gouvernement, en plein conflit social sur sa réforme des retraites.

Nommé au poste de haut-commissaire à la réforme des retraites en 2017, M. Delevoye avait légalement cumulé sa rémunération de haut-fonctionnaire avec celle de président d'honneur de Parallaxe depuis 2008, mais il avait manqué à son obligation d'en informer la HATVP.

Son entrée au gouvernement en septembre 2019 rendait toutefois ce cumul illégal, puisque que la Constitution interdit "toute activité professionnelle" aux membres du gouvernement.

"Je l'ai conservée quand j'ai été nommé haut-commissaire donc haut fonctionnaire, puis quand je suis devenu membre du gouvernement, ce qui, je l'ai appris depuis, n'était pas autorisé", avait expliqué alors M. Delevoye, reconnaissant une "erreur". Face à la polémique, il s'était engagé à rembourser les sommes perçues pendant ces trois mois, soit un peu plus de 16.000 euros.

Dans sa déclaration d'intérêts et d'activités, remise mi-novembre après son entrée en gouvernement, l'ancien haut-commissaire avait toutefois seulement indiqué son cumul de fonctions avec la présidence du think tank Parallaxe et de deux associations ainsi que sa fonction passée de délégué général du groupe de formation IGS.

La révélation d'autres mandats par la presse l'avait contraint à adresser à la HATVP une déclaration rectifiée comportant huit fonctions supplémentaires, dont la présidence passée du Conseil économique et social (Cese) ou la fonction d'administrateur de la Fondation SNCF.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jean-Paul Delevoye, alors haut-commissaire aux retraites, au ministère de la Santé à Paris, le 18 décembre 2019

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-