Mort de Banisadr, premier président de la république islamique d'Iran

Mort de Banisadr, premier président de la république islamique d'Iran

Publié le 09/10/2021 à 13:22 - Mise à jour à 13:24
© Dominique FAGET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Téhéran

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Le premier président de la République islamique d'Iran, Abolhassan Banisadr, est mort samedi dans un hôpital parisien à l'âge de 88 ans, après avoir passé une grande partie de sa vie en France où il s'était exilé après sa destitution en 1981.

"A la suite d'une longue maladie, Abolhassan Banisadr est mort samedi à l'hôpital" de la Pitié-Salpêtrière, a indiqué l'agence officielle iranienne Irna, citant une source proche de l'ancien chef d’Etat.

En Iran, les agences officielles se contentent de donner l'annonce de son décès qui s'accompagne de nombreuses critiques, en particulier de la presse ultraconservatrice qui le présente comme "un ennemi". Banisadr fut un proche du fondateur de la république islamique, l'imam Khomeiny, avant de tomber en disgrâce et d'être forcé à l'exil.

Sa famille en France a réagi en publiant un communiqué: "Nous voudrions informer le peuple honorable d'Iran et tous les militants de l'indépendance et de la liberté que le président élu du peuple iranien après la révolution de 1979, qui a également défendu les libertés contre la nouvelle tyrannie et l'oppression imposée au nom de la religion, Abolhassan Banisadr, est décédé (...) après un long combat contre la maladie".

"Banisadr pensait apparemment être la figure la plus instruite et la plus astucieuse dans le jeu de pouvoir en Iran à l'époque, mais les événements ont montré que ces affirmations avaient peu à voir avec la réalité", a affirmé sur les réseaux sociaux, Ahmad Zeidabadi, un journaliste écrivant dans la presse réformiste.

Mais les ultraconservateurs se déchaînent sans surprise contre lui. "Au cours des 40 dernières années, Banisadr a été actif contre la nation iranienne", affirme l'agence Fars.

- Inconnu parmi les les jeunes -

Le quotidien Javan va dans le même sens. "Le premier président iranien qui a fui le pays après avoir été évincé du commandement des Forces armées et de la présidence(...) collaborait avec les opposants en France contre le peuple iranien ces dernières années".

L’Autorité judiciaire décoche aussi ses flèches contre lui. "Pendant toutes ces années, à l'ombre des services de renseignement français et occidentaux, Banisadr n'a manqué aucune occasion pour frapper le peuple et le système de la République islamique d'Iran", écrit sur son site Mizan Online, l'agence officielle de l'Autorité judiciaire.

Les réformateurs ne sont pas non plus tendres avec lui. "Banisadr se croyait être la figure la plus instruite et la plus astucieuse dans le jeu de pouvoir en Iran à l'époque, mais les événements ont montré que ces affirmations avaient peu à voir avec la réalité", relève sur les réseaux sociaux, Ahmad Zeidabadi, un journaliste dans la presse réformiste.

Mais pour beaucoup de jeunes, nés après la révolution, Banisadr est un inconnu. "Il a été président durant une période très courte, il est ensuite parti en France et son activité n'avait pas d'écho ici", assure un employé de 40 ans, qui ne veut pas être identifié.

Réfugié politique en France depuis 1981, cet ancien intime du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Khomeiny, avait été élu président en janvier 1980 avant d'être destitué 17 mois plus tard.

Bénéficiant d'une protection policière constante, Banisadr habitait à Versailles, en région parisienne, depuis mai 1984, après avoir résidé à Auvers-sur-Oise et Cachan, deux autres villes proches de Paris.

Auteur(s): Par AFP - Téhéran

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Abolhassan Banisadr (d) et le président sortant Massoud Radjavi, le 19 août 1981 à Auvers-sur-Oise dans le Val-d'Oise où ils sont en exil

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-