A Toulouse, un téléphérique connecté au métro

A Toulouse, un téléphérique connecté au métro

Publié le 14/05/2022 à 12:07 - Mise à jour à 12:08
© Lionel BONAVENTURE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Francois BENEYTOU, Alexandre PEYRILLE - Toulouse (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Toulouse prend de la hauteur en mettant en service samedi un téléphérique urbain, le plus long du pays, destiné à compléter, de façon décarbonée, le réseau de transport en commun de la quatrième ville de France.

Après Brest et Saint-Denis, à La Réunion, Téléo est le troisième téléphérique de France.

"A Toulouse on a un réseau en étoile et on avait besoin d'une liaison transversale dans le sud de l'agglomération, pour aller d'une zone périphérique à une autre, sans passer par le centre", précise Nicolas Misiak, le président de Tisséo Voyageurs, la régie publique de transport en commun de l'agglomération.

Au départ de la station de métro Université-Paul-Sabatier, les cabines couleur bleu gris s'élèvent vers le CHU Rangueil, au sommet d'une colline, avant de redescendre sur l'autre versant, au-dessus de falaises et de la Garonne, en direction de l'Oncopole, un centre hospitalier et de recherche.

Les cabines spacieuses peuvent embarquer 34 passagers, dont 20 assis et des fauteuils roulants, jusqu'à 75 mètres au-dessus du sol. Par beau temps, on distingue au sud la chaîne des Pyrénées.

- "Un peu peur" -

"L'université de sciences Paul-Sabatier, 20.000 étudiants, le CHU, l'Oncopole, ces trois sites doivent travailler ensemble", souligne le maire LR de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, au sujet de ce projet ayant coûté 82 millions d'euros.

Il espère que Téléo, avec une capacité de 8.000 passagers par jour, contribuera à réduire le trafic automobile. En attendant la troisième ligne de métro, dont le chantier a débuté en 2021.

"D'habitude, je mets 18 minutes en navette pour aller au travail, parfois plus le soir avec les bouchons, là seulement quatre!", se réjouit Hili Saloua, 41 ans, employée du CHU de Rangueil.

"Pour la première fois, j'ai eu un peu peur, il faut encore que je m'habitue", sourit-elle, parmi les nombreux voyageurs venus découvrir l'installation.

"Ce sont les mêmes cabines que celles de la station de ski de Val d'Isère, dans les Alpes", fait remarquer Jean Souchal, le président de Poma, société spécialisée dans les infrastructures de sports d'hiver, avant de se diversifier dans les téléphériques urbains, de Rio à New York en passant par Barcelone.

"On n'est pas en concurrence avec les autres modes de transport, on complète l'offre, le téléphérique va là où les autres (...) ne peuvent plus aller", souligne le chef d'entreprise.

"Les téléphériques urbains, on en parle depuis une quinzaine d'années, ça se développe, mais doucement, ils présentent des avantages dans les milieux urbains très denses, ou en cas de topographie particulière. C'est un mode de transport très sûr, non bruyant, avec des vitesses commerciales intéressantes", relève Anne de Bortoli, experte en transports de l'Ecole nationale des ponts et chaussées de Paris.

- "Télé-phéérique" -

Equipement 100% électrique, "son niveau d'empreinte carbone est trois fois moins impactant que le bus et cinq fois moins que la voiture", affirme-t-elle, avant d'ajouter: "Un très bon bilan carbone, il faut absolument réduire au maximum les émissions de gaz à effet de serre en ville, et favoriser le transport en commun électrifié, c'est l'avenir".

Avec seulement cinq pylônes sur 3 km, les ingénieurs de Poma ont tenté de minimiser l'empreinte sur l'environnement. "C'est un mode de transport avec une intégration facile dans un milieu urbain. La vie ne s'arrête pas pendant le chantier. Un chantier de tram, c'est trois ou quatre ans de galère", estime Jean Souchal.

"C'est la première fois que j'en prends un, c'est magnifique! C'est sûr, on va amener du monde pour voir ça", s'enthousiasme Christelle Bronner, 50 ans, venue avec ses deux enfants de 14 et 11 ans.

Désormais à la mode, des projets ont été lancés dans d'autres villes françaises comme Ajaccio, Grenoble et Créteil.

"Je pense qu'il peut prendre une dimension loisir. A Medellin, à New York, on a transformé un déplacement en voyage, de façon ludique, affirme le patron de Poma, au lever ou au coucher du soleil, c'est télé-phéérique".

Auteur(s): Par Francois BENEYTOU, Alexandre PEYRILLE - Toulouse (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Photo du nouveau téléphérique de Toulouse, avec en arrière-plan la Garonne, prise le 14 mai 2022

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-