Prostitution et film porno: une ex-candidate de télé-réalité dévoile les propositions reçues de reconversion

Prostitution et film porno: une ex-candidate de télé-réalité dévoile les propositions reçues de reconversion

Publié le 27/12/2018 à 16:06 - Mise à jour à 18:14
©Capture d'écran Instagram
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Lors d'une interview mise en ligne mercredi, Evy, une candidate ayant participé à plusieurs émissions de téléréalité, raconte le revers de la médaille deux ans après sa dernière apparition à la télévision: elle a reçu des propositions pour devenir escort-girl ou actrice porno chez Jacquie & Michel pour un cachet qu'elle juge dérisoire.

Son aveu pourrait paraitre amusant, voire anecdotique, il est pourtant une nouvelle illustration d'un phénomène sur lequel certains lèvent timidement le voile: les sollicitations faites à d'anciennes candidates d'émissions de téléréalité pour rejoindre l'industrie du sexe.

Evy Melaa, une rousse flamboyante qui a participé aux émissions Moundir et les apprentis aventuriers (W9), Les Princes de l'amour 4 (W9) et Les Anges 9 (NRJ 12) explique comment deux ans après ses dernières apparitions sur le petit écran, elle a été sollicitée pour devenir escort-girl ou actrice porno. Dans une interview accordée à Sam Zirah (voir ici), un youtubeur spécialisé dans les entretiens avec des personnalités de la téléréalité, elle a expliqué comment elle a été contactée par le site Jacquie & Michel pour apparaître dans une vidéo X. Après avoir rencontré un membre de la production, elle reçoit un email lui proposant de faire ses premiers pas dans le monde du porno. "Ils voulaient me faire tourner dans une séquence, s’est-elle amusée. J’ai rien contre le porno, j’ai rien contre les gens qui font du porno. Mais c’est vrai qu’après, tourner un porno, non". La jeune femme explique aussi que le cachet semblait bien limité. "C'était 400 euros. Je vais pas montrer ma foune pour 400 euros (…) pour bousiller ma vie. C'est pas possible". Le tarif est d'autant plus dérisoire qu'il correspond, selon nos informations, aux tarifs régulièrement proposés aux actrices anonymes des films proposés sur le site.

Lire aussi: Une candidate confirme l'existence d'un réseau de prostitution dans la téléréalité

Elle explique aussi avoir été approchée pour des prestations nettement mieux rémunérées "d'escorting", un terme désignant généralement de la prostitution haut de gamme hors de la voie publique. Elle assure avoir été approchée par des hommes d'affaires "venant de Genève" ou des footballeurs professionnels "pas forcément connus de ouf mais certifiés", pour des faveurs sexuelles facturées en 5.000 et 10.000 euros. "Jamais je ne ferai une chose pareille" assure-t-elle. En 2017, la jeune femme apparaissait dans un numéro de Complément d'enquête sur France 2 comme danseuse en boîte de nuit pour 100 euros la prestation.

Face au même Sam Zirah, une autre candidate, Maëva Martinez, avait expliqué dimanche 23 que plusieurs candidats étaient notoirement connus des autres participants comme pratiquant la prostitution. "C'est caché, pas caché, parfois il y a des trucs qui sortent, mais on le sait" expliquait-elle. En 2017, le blogueur vedette Jeremstar, à l'image depuis écornée par un scandale sexuel (où il nie toute implication), avait déjà évoqué la présence d'activité de prostitution. Il avait même dénoncé à l'antenne d'Europe 1 "des dirigeants de chaînes et des producteurs qui fournissent des candidates de téléréalité à des vieux cochons, des mecs fortunés et puissants".

Voir aussi:

Téléréalité: Kim Glow change de religion et arrête les photos "hot"

"Making Love": une nouvelle téléréalité propose de coucher dès le premier soir

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Evy a eu plusieurs propositions pour devenir travailleuses du sexe après son éloignement du petit écran.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-