Le “féminisme washing” sur Instagram ou quand les influenceuses se lancent dans des partenariats

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 17 août 2022 - 16:30
Image
Des coordonnées de mineurs accessibles en ligne: Instagram visé par une enquête
Crédits
Cristina Zaragoza / Unsplash
La commercialisation des mouvements sociaux pourrait n'être qu’un signal de plus de la décadence des plateformes basées sur la dictature des likes
Cristina Zaragoza / Unsplash

De nombreux comptes sur les réseaux sociaux se servent des tendances politiques actuelles non pas pour représenter un mouvement neo-féministes ou anti-racistes, mais pour “pirater” les audiences grandissantes et réaliser de juteux partenariats avec des marques. C’est le cas des comptes soi-disant féministes, sex-positivistes ou body-positivistes (pour la libération du corps) qui se servent de ces étiquettes pour réaliser des partenariats rémunérés.

Quand le militantisme devient une source de revenu 

Le site Numerama proposait le 11 août, dans un article, de réfléchir à la transformation du féminisme en business sur Instagram. Selon Léa Lejeune, auteur de l'ouvrage Féminisme Washing : quand les entreprises récupèrent la cause des femmes, le mouvement de Féminisme Washing associé au mouvement #MeToo, a généré depuis 2017 une communauté très importante sur les réseaux sociaux.

Cependant, ce mouvement militant est devenu pour certaines créatrices de contenu une activité à temps plein, très rémunératrice. Des personnes devenues “influenceurs” sont attirées par les collaborations avec des marques (placements de produits, partenariats, jeux concours, codes promo) ce qui leur permet de rentabiliser leur activité. C’est de cette manière que leur action didactique, pédagogique ou de sensibilisation devient incompatible avec le système commercial encouragé par les plateformes, notamment Instagram.

« L’activité de créatrice de contenu est très chronophage, et on sait comment fonctionnent les algorithmes, qui demandent de produire du contenu de façon très régulière pour qu’il soit poussé », explique Léa Lejeune. « Comme cela prend de plus en plus de temps aux influenceuses, elles ont dû se professionnaliser. Or, quand on se professionnalise sur des enjeux de lutte sociale et qu’on ne passe plus par les milieux associatifs qui font tampon, on n’a pas d’autre choix que de devenir une entreprise. »

Les créateurs de contenu, esclaves des algorithmes

Ces personnes qui pensent pouvoir sensibiliser une communauté avec leur contenu doivent s’assurer d'être vues. Pour cela, les créateurs de contenu finissent par créer le contenu que la plateforme préfère mettre en avant. Cela créerait des problèmes de stéréotypes. Par exemple, des comptes à l’origine créés par des seniors pour revendiquer la normalité du vieillissement, finissent, eux aussi, par renforcer des stéréotypes, mettant uniquement en avant des valeurs “jeunistes” comme le dynamisme, le sens de l’aventure, la découverte, ou la culture de l’image et de l’aspect physique, ce qui est plus valorisé par les algorithmes de la plateforme.

La tyrannie des likes dans le milieu associatif, bientôt la fin d’Instagram ?

La commercialisation des mouvements sociaux pourrait n'être qu’un signal de plus de la décadence des plateformes basées sur la dictature des likes. Pour éviter la mise en scène de certains créateurs de contenu falsifiant une image pour avoir plus d'abonnés, des réseaux sociaux surgissent pour contrer cette tendance. C'est le cas de Bereal par exemple, dont nous avons récemment parlé dans un article. Les plateformes de partage de photos sans mise en scène réussiront-elles à s’imposer, face aux réseaux sociaux des filtres, montages et likes ? 

À LIRE AUSSI

Image
ado
L’Europe attend une décision sur la confidentialité des données privées des enfants sur Instagram
Pour résoudre les différends réglementaires sur la manière d'appliquer le règlement général sur la protection des données (RGPD) en Europe, concernant les enfants, une...
17 août 2022 - 16:00
Culture
Image
Bereal
Bereal, le nouveau réseau social tendance made in France : un carton mondial
Un séisme est à l'œuvre dans le secteur des réseaux sociaux numériques, qui traversent actuellement une grave crise d'identité. Alors qu’Instagram essaie de copier Tik...
12 août 2022 - 17:10
Culture
Image
Façade du Conseil d'Etat le 6 février 2014 à Paris
Surveillance des réseaux sociaux : le Conseil d'État approuve la traque aux fraudeurs fiscaux
Vendredi 22 juillet, le Conseil d’État s’est déclaré favorable à la collecte de données par les services de Bercy ou par les douanes, sur les réseaux sociaux et autres...
01 août 2022 - 11:38
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Blair
Tony Blair : de Bagdad à Davos, du caniche de Bush à un ersatz de Schwab
PORTRAIT CRACHE - Après avoir traîné son flair politique façon caniche de Bush sur les champs de bataille irakiens, Tony Blair, l'avocat devenu Premier ministre a su t...
15 juin 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.