YouTube, bon élève de la protection de la "santé mentale et physique de la jeunesse" ?

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 02 novembre 2023 - 21:30
Image
Le logo de YouTube.
Crédits
©Flickr
©Flickr

Aux États-Unis, la protection de la "santé mentale et physique de la jeunesse" devient un enjeu majeur et les plaintes contre les réseaux sociaux pleuvent. Si bien que YouTube a décidé de prendre de l'avance en annonçant qu'elle allait limiter les "recommandations répétées" potentiellement négatives.

Les vidéos "qui comparent des caractéristiques physiques et en idéalisent certaines par rapport à d'autres, qui idéalisent des niveaux de forme physique ou des poids corporels spécifiques" ne seront plus suggérées aux adolescents de façon répétée, a annoncé la plateforme de vidéo de Google le jeudi 2 novembre. Cela s'appliquera d'abord aux États-Unis, puis dans d'autres pays à partir de 2024. Une mesure qui s'ajoute à la suppression de contenus relevant de l'incitation à la haine, du harcèlement ou des troubles alimentaires. La plateforme compte aussi augmenter la fréquence des rappels à faire des pauses ou à aller se coucher à destination des internautes de moins de 18 ans.

"Les adolescents sont plus susceptibles que les adultes de se forger une image négative d'eux-mêmes lorsqu'ils voient des messages répétés sur les normes idéales dans les contenus qu'ils consomment en ligne", a reconnu James Beser, un des responsables de la plateforme.

Cette prise de position est due à la vague de plaintes qui a frappé les réseaux sociaux ces derniers temps. Comme le rapporte l'AFP, la semaine dernière, plus de quarante États américains ont lancé des poursuites contre Meta, accusant ses applications Facebook et Instagram de nuire à la "santé mentale et physique de la jeunesse".

Selon les procureurs généraux, le géant des réseaux sociaux attire et retient l'attention des plus jeunes avec des fonctionnalités addictives, en sachant que les contenus et l'usage prolongé de ces applications causent des "dommages considérables" à leur santé. Des accusations similaires ont été formulées contre TikTok, interdit par de nombreuses organisations et l'État du Montana pour des raisons géopolitiques, mais aussi liées à la protection des enfants.

En mai dernier, Vivek Murthy, le médecin-chef des États-Unis, a alerté au sujet des "effets extrêmement nocifs" que peuvent avoir les réseaux sociaux, estimant qu'ils jouaient un rôle majeur dans la "crise nationale de la santé mentale des jeunes", et notamment celle des jeunes filles, plus vulnérables aux risques de cyber-harcèlement ou aux troubles de l'alimentation.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.