En perte de vitesse en France, la charcuterie française mise sur l'export

En perte de vitesse en France, la charcuterie française mise sur l'export

Publié le 17/01/2017 à 20:28 - Mise à jour à 20:29
©Nicolas Chauveau/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Depuis que l'OMS a classé la viande transformée dans la catégorie des agents cancérigènes, les ventes de charcuterie semblent avoir chuté en France. Les artisans et industriels du secteur sont poussés à se remettre en cause et à se tourner vers l'étranger

Les Français ont mangé moins de charcuteries en 2016, obligeant artisans et industriels du secteur à se remettre en cause et à se tourner vers l'étranger, grâce notamment à l'accord commercial CETA avec le Canada, pour soutenir la cochonaille française, bastion de la gastronomie traditionnelle.

"Après avoir reculé de 0,6% en 2015, la consommation moyenne de charcuteries a de nouveau baissé en France, de 0,5%, en 2016, un mauvais millésime", a déclaré lundi à la presse Robert Volut, président de la Fict, association qui regroupe 250 entreprises de charcuterie française. Ce changement de tendance jugé "inquiétant" s'inscrit sur fond de baisse générale de la consommation de viande, comme dans de nombreux pays.

Le recul fait perdre de la rentabilité opérationnelle aux entreprises, car dans le même temps, les prix de la viande de porc, ont, eux augmenté de 18% en moyenne sur l'année, a fait valoir M. Volut, dont l'association représente plus de 6 milliards de chiffre d'affaires annuel et 37.000 salariés.

Il compte sur la négociation annuelle des prix, en cours avec la grande distribution, pour essayer de redresser la barre. Selon lui, "la distribution gagne 82 centimes au kilo de charcuterie vendue alors que l'industrie ne gagne que 12 centimes". Devant le déclin de la consommation, il faut réagir. Les entreprises vont "redéployer l'offre aux consommateurs" sur les aspects "santé, naturalité, bio, les goûts et les textures" des produits.

Les industriels vont aussi essayer d'améliorer l'information aux consommateurs, récemment mise en cause par une étude de l'ONG Foodwatch, émue de s'apercevoir qu'un pâté de lièvre pouvait ne contenir que 20% de lièvre.

Se disant "prise en étau" par la grande distribution, la charcuterie française veut se faire mieux connaître à l'étranger, peut-être inspirée par le succès mondial du jambon de Parme ou du "jamon" espagnol, icônes de la consommation branchée. "L'exportation ne représente que 5% de notre activité, c'est très faible", admet M. Volut, "nous devons conquérir de nouveaux marchés".

Il compte notamment sur l'entrée en vigueur de l'accord commercial CETA avec le Canada. "Nous avons une trentaine d'entreprises qui désirent se développer sur le marché canadien", dit-il, "une vraie opportunité, car nous avons des produits à valeur ajoutée, représentatifs de la gastronomie de bistrot française et les Canadiens sont une clientèle qui a les moyens".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les achats de foie gras et de rillettes ont payé le plus lourd tribut.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-