Vacances de Noël : que risquent les Français qui iront skier à l'étranger ?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Vacances de Noël : que risquent les Français qui iront skier à l'étranger ?

Publié le 03/12/2020 à 11:33 - Mise à jour à 11:40
© Fabrice COFFRINI / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Vous envisagez d'aller skier en Suisse ou en Espagne pendant les vacances de Noël ? Vous risquez alors de devoir anticiper une mise en quarantaine pendant 7 jours et des contrôles routiers à votre retour. Le gouvernement espère, avec ces mesures, dissuader les Français d'aller skier à l'étranger alors que dévaler les pentes en ski alpin ne sera pas possible dans l'Hexagone.

Le président de la République a annoncé mardi des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui iront skier à l’étranger cet hiver. Une décision prise pour limiter au maximum le nombre de ressortissants qui envisageraient de dévaler les pentes des Alpes suisses et des Pyrénées espagnols pendant les vacances de Noël. Objectif annoncé par Jean Castex mercredi sur BFMTV : « Empêcher les Français d’aller se contaminer dans les stations de ski des pays limitrophes, tels que l’Espagne et la Suisse. » Une manière aussi de rassurer les professionnels du tourisme de montagne français, puisque, si les stations seront ouvertes, il ne sera pas possible d’emprunter les remontées mécaniques et donc de faire du ski alpin.

L'isolement comme sanction pour ceux  qui iront skier en Suisse ou en Espagne
Parmi les pistes envisagées par le gouvernement donc : sept jours d’isolement au retour des vacances et des contrôles aléatoires aux frontières. Ces mesures envisagées rassurent-elles les professionnels de la montagne français ? Pour le président de l’Association nationale des maires de stations de montagne Jean-Luc Bloch, le président de la République « a pris conscience qu’on ne pouvait pas fermer nos domaines skiables et laisser les autres accueillir nos skieurs, quitte à ce qu’ils ramènent le virus chez nous ! » Mais quand bien même les stations suisses ou espagnoles fermeraient, cela ne changera pas la donne pour les professionnels du ski français : « Le malheur des autres n’a jamais fait mon bonheur », argue Alexandre Maulin, président de Domaines skiables de France. Avec ses collègues, il continue à plaider pour une réouverture complète des pistes françaises.

Les stations de ski alpin fermées jusqu'en avril ?
Mais ce n’est pas à l’ordre du jour, comme le rappelait le ministre de l’Économie Bruno Lemaire : « Si par malheur (…) l’épidémie repart (…) et que cette fois-ci c’est du mois de janvier au mois d’avril qu’il faut fermer les stations de sports d’hiver et les stations de montagne, on sera tous perdants et là, c’est 80% du chiffre d’affaires de l’économie de montagne qui sera perdu. »

Les pistes de ski de fond ouvertes, les patinoires et les jardins d'enfants également
Au moment où le président de la République annonçait ces possibles mesures, le secrétaire d’État au Tourisme expliquait à l’Assemblée nationale que le gouvernement français ne « laisserait tomber personne. En dehors du ski alpin, toutes les activités nordiques (y compris en parc payant) ainsi que les patinoires seront autorisées ». Les jardins d’enfants seront également ouverts.

Nos voisins européens devraient se montrer solidaires
Parallèlement, le gouvernement français espère toujours convaincre ses « partenaires » européens de ne pas rouvrir leurs stations. Le Premier ministre belge Alexander de Croo juge lui aussi nécessaire une « solidarité entre pays », prévenant d’ailleurs que les Belges qui rentreront de l’étranger après les congés de Noël seront contrôlés aux frontières. Si pour la Suisse, il n'est pas question de fermer les stations de sport d'hiver, dont certaines fonctionnent d'ailleurs déjà, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne semblent bien décidées à suivre le modèle français. L'Autriche devrait vraisemblablement suivre leur exemple.

A lire aussi : Pas de vacances au ski pour les fêtes, la sidération dans les stations

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les pistes de ski de descente françaises resteront fermées pendant les fêtes de Noël

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-