Pour chercher du travail, la majorité des Français misent sur Internet

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 10 octobre 2016 - 17:10
Image
Un homme qui travaille sur son ordinateur avec un café.
Crédits
©Axelle B/ Public Domain
Pour trouver du travail, 61% des salariés et 59% des demandeurs d'emploi "privilégient en premier les moyens numériques".
©Axelle B/ Public Domain
Selon un sondage publié ce lundi, six actifs sur dix privilégient internet pour chercher du travail. Toutefois, la plupart d'entre eux trouvent un emploi grâce à d'autres moyens que le numérique, notamment leur réseau, les agences d'intérim ou encore leur agence Pôle emploi.

Six actifs sur dix privilégient internet pour chercher du travail, mais la plupart trouvent un emploi grâce à d'autres moyens que le numérique, notamment leur réseau, selon un sondage CSA pour le Conseil d'orientation pour l'emploi (COE) publié ce lundi 10. L'institut de sondage a réalisé son étude en ligne du 23 août au 2 septembre auprès de deux échantillons de 504 et 501 personnes, l'un représentatif des salariés du secteur privé en poste depuis moins de deux ans, l'autre des demandeurs d'emploi, pour comparer leurs pratiques de recherche d'emploi.

Les résultats montrent que 61% des salariés et 59% des demandeurs d'emploi "privilégient en premier les moyens numériques", principalement les sites d'emploi, plébiscités par 49% des salariés et 53% des chômeurs. Seulement 9% des salariés et chômeurs n'utilisent aucun moyen numérique. Cette proportion monte à 14% pour les personnes au chômage depuis plus de trois ans. Parmi les sites d'emploi, pole-emploi.fr garde le leadership: il est le premier choix d'un salarié sur cinq et d'un chômeur sur trois. En revanche, les sites des entreprises (7% des salariés, 3% des chômeurs) et les réseaux sociaux (5% des salariés, 3% des chômeurs) ont moins la cote.

Malgré l'omniprésence d'internet sur le marché de la recherche d'emploi, 60% des salariés en poste depuis moins de deux ans ont trouvé leur poste par d'autres moyens que le numérique, grâce à leur réseau (27%), à des agences d'intérim ou cabinets de recrutement (13%), ou encore à leur agence Pôle emploi ou leur mission locale (7%).

Le sondage distingue néanmoins quatre profils de chercheurs d'emploi. Il met en évidence une dichotomie entre les "moins de 30 ans", qui sont plus ouverts aux "outils innovants" comme les formations et coachs privés en ligne, et les "50 ans et plus", qui privilégient des outils plus "classiques". Troisième profil, les catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+), qui actionnent davantage leur réseau. Les Franciliens constituent le dernier profil: comparés aux habitants des autres régions, ils privilégient davantage les sites généralistes (Monster, Jobijoba, Regionjob, Keljob, Indeed...) ou leurs relations, plutôt que le site de Pôle emploi.

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
sarko
Nicolas Sarkozy, lapin bling-bling mariné dans des affaires en tous genres
PORTRAIT CRACHE - Que dire de Sarko, tant cet homme a défrayé la chronique, de procès-verbaux en registres de tribunaux ... ? Tout ou rien ... Cet ancien président, mi...
21 juillet 2024 - 10:13
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.